Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Bienvenue en Chine France

Depuis le début des émeutes au Tibet, on a pu entendre des t...
* Tous les articles *

Yelle

"Pour devenir célèbre, le meilleur moyen est encore de couch...
* Tous les gens *
  Korn - Take a Look in the Mirror 5 
Korn, c'est un groupe de 5 gens, qui s'est très vite imposé comme the alternative à la jeunesse américaine un peu lassé par britney et ses copines (on se demande pourquoi). D'où le succès hallucinant qu'a rencontré ce groupe et ce, tout en innovant dans la mouzik; ce qui n'est pas donné à tout le monde. Korn, c'est de la musique au son souvent métal mais soigneusement arrangée voire mélodique. Bref, Korn, c'est le précurseur du néo métal mais du coup c'est aussi un peu le responsable de la vague marketing qui s'en est suivi. Mais à la différence de la fadeur caractéristique de nombres de groupes s'en étant inspiré par la suite, Korn, tout au long de ses déjà nombreux albums, a toujours eu sa personnalité propre à laquelle il est toujours resté fidèle, avec une constante volonté de créer du nouveau. Voilà pour un petit topo sur le groupe, un peu à l'arrache j'avoue.

Mais ce qui nous intéresse là, c'est l'alboum : Take a look in the Mirror. Déjà rien que le titre, bien qu'éculé on en conviendra, je kiffe. Ca évoque la remise en question, la quète de l'identité tout ça, où vais-je, d'où viens-je, qui suis-je blablabla. Puis je suppose pour le groupe, c'est un peu "alors voilà on en a fait du bordel depuis 94, alors maintenant on en est où ?". Hé bien je vais vous dire où ils en sont. A faire du son bien gras, un retour au gros son, avec des grosses guitares et, bien sûr, leur fameuse basse sèche. On a des riffs souvent très parlants, comprenons par là chargés de sens car ils accompagnent à merveille le chant, chant qui n'a d'ailleurs jamais été aussi varié chez Korn. Musique et chant fusionnent ainsi toujours parfaitement pour former une entité puissante d'émotions. Nan chui sérieux là, vous marrez pas.

Prenons Right Now : le riff est long mais s'inscrit dans un enchainement clair et carré. Il nous fait ressentir la résolution du mec qui dit "bordel ça m'énerve tout ça right now". Les choeurs qui accompagnent la fin des couplets est une sacrée bonne idée, et donnent justement une valeur inestimable au chant. On les retrouve mais de façon plus agressive dans le refrain, comme pour renforcer la réaction par rapport aux couplet. Right Now, c'était la première piste à mettre sur l'album (d'autant plus vu le titre), c'est d'ailleurs ce qu'ils ont fait, c'est bien ça les cocos.

L'album fait ensuite place à des morceaux très travaillés à l'image de Counting On Me ou de Did My Time. Counting On Me fait place à une structure un peu comparable à Right Now, tourné autour d'un riff très caractéristique (mais beaucoup plus languissant le riff ici). On y parle de relation d'amitié vampiresque. Did My Time est lui aussi assez bien foutu avec une boucle géniale en intro, des echos de guitare magistraux, une acalmie faisant la part belle à un chant tourmenté. Et un refrain qui tape. Johnatan Davis hurle à la mort, et c'est hautement kiffable. Apparemment, au vu du clip, Did My Time fait parti de la BO du dernier Tomb Raider le film. Ce qui refroidit pas mal. Mais aaaaah Angelina Jolie, que je trouve pourtant vraiment pas jolie en temps normal, est hautement kiffable avec cette combi blanche. Euh oui donc Did My Time, c'est hautement recommandable.

Entre les deux morceaux sus-mentionnés, on a un petit Deep Inside, un morceau à tendance introspective. Le riff nous suggère le vertige que cette introspection nous donne. Le refrain se termine par des "DEEP INSIDE" style death metal (ou goth metal ou black metal...enfin bref dans une de ces voix caverneuses propre à ce genre bien particulier) qui ont l'avantage d'être très expressifs. Ces interventions "death metal" sont utilisées à maintes reprises dans l'album. Mais sans trop d'abus, c'est toujours assez bien senti.

Après Did My Time, l'album fait place à des morceaux un peu moins enervés mais toujours bien costauds.
A l'image de Did My Time, Alive et I'm Done prennent la vie à partie dans une atmosphère de défiance. C'est peut être une des originalités de cet album que cette provocation par rapport à la life. On retrouve des choeurs dans I'm Done où ils prennent ici l'allure d'une complainte. Des choeurs, vous en voulez encore, hé bin rebelotte dans Alive dans un genre plutôt gothique ("je suiiiiis.... viiiivannnntt", si vous voyez ce que je veux dire).

Pour en remettre une couche sur la richesse du chant, on peut causer des chants guerriers de Let's Do This Now qui forment un refrain que je qualifierais de euh... guerrier. La musique vient progressivement en renfort pour restituer la volonté qui grimpe au fur et à mesure. Pas mal. Par ailleurs, c'est de la cornemuse qui fait l'intro du morceau (oui oui de la cornemuse mais cela dit, c'est pas la première fois pour Korn). Here It Comes Again fait aussi appel à ce petit genre d'exotisme fort bienvenue sous la forme d'instruments chinois/japonais j'en sais rien mais ça sonne oriental en tout cas (ah quelle rigueur, quel professionnalisme dans mon propos)

Puis Korn, ils sont pas fermés, même s'ils disent shut up et fuck up à droite à gauche, ça leur empêche pas de faire quelques collaborations. Ici, c'est avec Nas, donc un rappeur à casquette, dans un morceau sobrement appelé Play Me. Mais bon Nas apparemment, il infléchit pas vraiment le discours : Fais confiance à personne, tout le monde cherche à nous manipuler, telles sont les affirmations de Play Me. Pour se faire une idée de la zik, j'oserais une comparaison avec Rage Against The Machine dans la façon de jouer les couplets avec la guitare qui sert le rythme du flow. C'est sympa mais ça casse pas trois pattes à un canard non plus.

Enfin enfin, on a le fameux Yall Want a Single, une critique directe du système de production musicale des maisons de disque qui nous font des jolis petits produits sous forme de singles en package. Mais au delà de cette critique un peu facile de la part de Korn, ce qui est vraiment très intéressant, c'est l'autodérision mise en oeuvre : ce morceau est l'archétype même d'un single. Ils en ont d'ailleurs fait un single. Alors Yall want a single ? Bin le vla. C'est une mise en abime assez réussie d'autant plus que c'était pas évident à la base avec leur style de zik.

Finalement cet album de Korn, c'est un aboutissement. On est arrivé à un stade où le groupe a une telle maitrise de sa musique qu'il l'oriente idéalement pour lui donner son sens. Alors d'un autre coté, certains pourront reprocher un certain manque de spontanéité, d'expérimentation venant de ce groupe ayant atteint un niveau de professionnalisme impressionnant (sans y attribuer aucune connotation péjorative). Certes. D'autant plus que les thèmes ne surprennent pas, les paroles décrivent le plus souvent les luttes et les démons intérieurs, la volonté de se délivrer de l'aliénation de soi mais aussi des autres. Quoiqu'il en soit, cet album est pour moi un bijou du genre, une succession des morceaux où l'on sent que le moindre son, le moindre variation d'intonation, la moindre variation de rythme a été réfléchi, pensé, et pas connement en plus.
Kylord @ 25/07/04 5 commentaires
Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *