Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

L'histoire du faucon Millenium

Millenium, "le film événement" (comme tous les films à leur ...
* Tous les articles *

Programme

Issu de Diabologum, groupe de rock aux orchestrations mélanc...
* Tous les gens *
  JUSTICE POUR TOUS ! 16 

Genesis
Waters of Nazareth
The Party
Phantom Part II
En ce jour de fête musicale et d'inauguration de la canicule 2008, je crois qu'il est d'autant plus important de ne pas oublier ses frères opprimés et de lancer un cri de révolte. C'est pour ça que je proclame : Justice pour tous !

Loin de moi l'idée de m'en remettre à Rachida Dati car, ce que je vais faire présentement, c'est rendre un hommage à un groupe musical dans le genre total groovy hype : Justice. Justement.

J'ai toujours eu beaucoup d'affection pour les groupes musicaux qui conceptualisent leurs clips. Cela permet de donner toute sa saveur et sa profondeur à une des activités les plus décadentes qui soient : le zapping de clips vidéos.

Pour le moment, on a pu voir :
- D.A.N.C.E : le morceau rigolo avec des t-shirts psychédéliques
- DVNO : le morceau funky avec plein d'images qui brillent
- Stress : le morceau hyper tendu avec des jeunes exprimant publiquement leur mal être intérieur.

Justice poursuit donc la voix daft punkienne avec brio. Les deux cocos derrière le phénomène sont certes un peu moins discrets que leurs pères mais on retrouve bien là les ingrédients de la french touch : identité sonore originale et reconnaissable, funk populaire tout en étant décalé par rapport à la production générale. Cette french touch démocratise une électro qui garde des traits de radicalité musicale, et c'est tout à son honneur.

Mais voilà que l'esprit académicien de tout à chacun se réveille et se demande : mais pourquoi on dit "french touch" et pas "la touche française", on est en france bordel de putain de merde (un peu virulent l'académicien qui sommeille en tout à chacun). La réponse est simple : si on disait "touche française", ça donnerait ça. Donc on le dit pas.

Mais pour en revenir à Justice, ce sont deux bonshommes qui se présentent dans une posture très manga sur les bords : le grand barbu et le petit chinois. Ces deux individus louches nous proposent des morceaux électros fortement variés et remarquables par des lignes de basse à gogo (pour preuve le fameux DVNO). C'est cela même qui caractérise leur grande différence avec nos amis de Daft Punk qui font eux plus dans le registre hypnotique que oultra funky. Le tout est proposé dans un album trouvable à un prix décent alors pourquoi se priver nom d'une pipe en bois.


Mais quand même, je ne peux m'empêcher de terminer par un coup de poing sur la table, vif et énergique : dites donc messieurs responsables des jaquettes, vous vous foutriez pas un peu de la gueule du monde avec vos packaging tout dépouillés ? Le coup du "choix artistique" ou de la "culture électro", je le vois trop arriver, mais ça marche pas ici. Félicitons nous tout de même de l'énorme effort accompli par les gars de Justice : l'iconification de leur fameuse croix représentative apporte un plus indéniable sur leur identité visuelle ; ce qui est déjà un pas considérable en avant par rapport à l'imagerie de daft punk qui se contente d'étiquetter tout connement ses albums "daft punk".

Plus personne n'achète de CD, tout le monde s'en fout ? Ok j'ai rien dit.
Kylord @ 21/06/08 16 commentaires
Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *