Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Queens of the Stone Age - Rated R

C'est le premier album substanciel que nous ont sorti "les r...
* Tous les articles *

Trust

Repense à toutes leurs années de service : impossible d'arrê...
* Tous les gens *
  Dans la vallée d’Elah (Ella Elle l’a…) 10 

…est un film qui n’a en substance strictement rien à voir avec France Galle.


Ce film réalisé par Paul Haggis (qui n’a rien à voir avec la panse de brebis farcie non plus), le réalisateur oscarisé de Collision (qui semble une nouvelle fois parti à la pêche aux statuettes), raconte l’histoire d’un père de famille (Tommy Lee Jones) qui enquête sur la disparition de son fils fraichement revenu d’Irak.


Curieusement, le ptit gars est revenu avec son régiment au sein d’une base militaire et a subitement disparu, comme ça pouf, sans laisser de nouvelle. C’est vrai que c’est inquiétant. Du coup le papa (interprété par Tommy Lee Jones) décide de partir à sa recherche. A peine arrivé, vla ti pas qu’on lui annonce que son fils est mort, découpé en petits morceaux et jeté en pâture aux coyotes du coin.


Un bête accident de pédalo pense la police, mais c’est sans compter sur la perspicacité et l’esprit de déduction du papa (joué par Tommy Lee Jones) qui en conclu immédiatement qu’un « sale chicanos » lui a fait la peau. C’est aidé du détective un peu tanche Emily Sanders (Charlize Theron, qui sera certainement nominée aux oscars dans la catégorie meilleure potiche) qu’il mène alors une enquête presque palpitante au rythme effréné d’un koala sous prozac faisant la course avec un caillou.


Mais bien sur, comme pour Collision, l’important ce n’est pas tant la lenteur de la réalisation ni la prolixité des symboles gros comme des cargos échoués en centre ville, mais bel et bien le message que le film véhicule.


Autant, après Collision qui nous aura tous bien fait comprendre que le racisme c’est mal, c’est ici le thème de la folie des hommes et de la guerre qui est abordé avec le panache d’un employé des postes pour nous faire comprendre que la guerre finalement c’est pas très bien non plus.


Saupoudré d’une dose « le racisme envers les mexicains c’est mal » et d’un soupçon de « la drogue c’est pas cool », enrobé dans une bonne dose de « tuer ses amis ça le fait moyen » le tout agrémenté d’un suspense haletant (si tant est que vous ayez les nerfs d'une jeune épileptique cardiaque) et de quelques références à la bible (surtout le titre en fait, dont on se demande toujours un peu le rapport avec le film), Dans la vallée d’Elah ne fait pourtant pas l’unanimité chez les critiques. Si certains y voient une fresque exceptionnelle sur « une Amérique minée par la guerre en Irak » (ah ben oui faire la guerre c’est pas drôle tous les jours), d’autres, comme le très réputé magazine Elle, y voient plutôt un thriller qui « ne montre rien d'autre que des soldats qui rentrent au pays brisés, et que la guerre est une chose vraiment horrible. Est-ce bien neuf ? »


Par soucis de galanterie envers la gente féminine, je me garderai bien de contredire cet avis fort tranché (limite impétueux) et le nuancerai plutôt en soulignant que ce film est une daube qui gagnera certainement le cœur du public, parce que la guerre c’est mal et qu’on ne cessera jamais de le répéter, quitte à cantonner Susan Sarandon à quelques scènes de larmes au téléphone, ça rajoute toujours une petite touche démocrate fort bien venue, surtout en ce moment.

Earl Mayer @ 12/11/07
 
 
kylord

13/11/07
Mais qu'en est il exactement de Tommy Lee Jones ? J'ai pas très bien suivi

Sinon, je profite de ce commentaire très peu constructif pour inviter à ne pas confondre gente féminine et presse féminine. Ce n'est pas tout à fait pareil allons.


 
Earl Mayer

13/11/07
En ce qui concerne Tommy Lee Jones, je trouve qu'il a trop la classe dans sa manière de s'habiller.

Quant à la gente féminine, nous serons tous d'accord pour admettre qu'elle a autant de diversité d'opinion et d'esprit critique qu'un banc de moules, ce qui explique le succès des magazines féminins qui parviennent encore de nos jours à leur faire croire qu'elles vont réussir à maigrir de 5 kilos en 3 semaines.

D’où l'amalgame parfaitement justifié entre la gente et la presse, puisque la presse décide pour la gente. En parlant de gente ça m’en rappelle une bien bonne : Monsieur et Madame Tenalus ont 4 fils, comment les appellent-ils ?

Jean, Jean, Jean et Jean.

Les quatre Jean Tenalus ! (MEGALOL)


 
kylord

14/11/07
pourquoi 4 fils à vrai dire ?


 
Earl Mayer

15/11/07
Ben 4 Jean comme les 4 roues d'une voiture... nan ?

(truc de gueudin, mon code de validation de commentaire c'est "444", je crois que ça veut tout dire)


 
kylord

16/11/07
admettons.


Pour en revenir au sujet du post, comme ça pour la déconne, je pense qu'on peut aussi mettre la vallée d'ellah (ouhouhouhou) dans la perspective de Royaume qui est lui aussi un film de vrai démocrate (que je n'ai pas vu mais vu l'accueil général je pense que je me satisferais du dvd)

d'ailleurs c'est marrant, y'a les même profils sur le devant de la scène : au lieu de Tommy Lee Jones dans le role du mec qui a trop la classe dans sa manière de s'habiller (quoique là..), on a Jamie Foxx et dans le role de la potiche inutile, on a jennifer Garner


 
docteur justice
page web

19/11/07
tommy lee jones est un koala ? merci monde de merde je croyais que c'etait un alien.. si c'est vrai, ils l'ont dit dans !MIB


 
kylord

19/11/07
parfaitement, tommy lee jones est un koala. Ce qui explique tout.

Un koala alien qui plus est, donc tout devient parfaitement limpide, les koala sont en fait une espèce d'extraterreste qui aurait échoué dans leur conquète de la planète Terre. HAHA quelle bande de nuls ! Et je ne parle même pas des quatre Jean Tenalus.


 
docteur justice

30/11/07
j'y perd mon grec, pour moi les koalas sont les habitants de kohlanta (en langage druidique mahori)qui a force d'avaler des larves ont fait, et pour cause, du mimétisme animal. Bien que pour les inuites de centrafrique, les koalas sont des oiseaux sans pattes ni ailes(y a tout de même pas un cretin qui va me demander si ils sont migrateurs..) et c'est a cause de leur cri qu'on les a appeler comme ça, parce que vu qu'ils ne peuvent pas bouger, ils font côa .. là.. (non non je ne suis pas fier). Enfin pour les azteques, les koalas, sont des chanoines tibetin vouant le culte de coetzacoatl, le nom se perpetuant par des signaux de fumées. Malheureusement, un jour ou "el nino" passait dans le coin(coincoin pour le koala centrafriquain),des volutes balayées par le vent, ne resta de coetzacoatl, que coal, qui par un jeu d'ecriture de la sombre epoque inquisitoire de cortez devint coala puis Koala selon décret du 08/13/741(ben oui y a 26 mois au calendrier azteque...)


 
kylord

03/12/07
dire que je croyais que j'en avais de la bonne... je suis dégouté


 
docteur.justice

27/05/08
ben moi bien sur vu le cas, je ne fume que de l'eucalyptus

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *