Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Lofofora - Peuh !

Peuh!, comme son nom l'indique si bien, c'est une claque. Un...
* Tous les articles *

Marcus

Véritable passionné de jeux vidéos, Marcus s'est fait connai...
* Tous les gens *
  Lofofora - Le Fond et la Forme 0 
A priori, je ne pensais pas être sensible à ce style de musique. Mais l'oeuvre de Lofofora est si riche, si forte (c'est peu de le dire, quelle intensité mes aieux), si belle que j'en suis tombé amoureux. Il est évident que ce qui fait une grande force du groupe c'est la voix du chanteur qui donne une sacré intensité aux paroles. Paroles qui sont très intelligentes, très justes, très pertinentes.Les thèmes abordées sont vraiment forts, dans le sens qu'ils ont une portée sans limite : traitant parfois de domaines bien précis, les messages qui en ressortent peuvent s'étendre très facilement. Par ailleurs, cela n'empêche pas lofofora de maintenir une légereté que je trouve judicieuse (notamment par le jeu avec les mots qu'on ressent beaucoup). L'instru n'a rien à envier. La musique sacrément énergique renforce l'effet de puissance sans pour autant tomber dans un brouaha musical. L'énergie est d'autant plus percutante qu'elle est canalisée. Pour en venir à l'album lui-même, Le fond et la forme, on trouve, en plus des aspets cités plus haut, certains textes qui ont une vocation poétique intéressante (Ici ou ailleurs, Le fond et la forme pour les plus évidents). C'est un trait qu'on ne trouvait guère dans les albums précédents.

Décortiquons un peu cet album :

Lofofora est assez percutant pour exprimer diverses émotions, la plus évidente étant le sentiment de révolte.
Alarme Citoyens est un sacré morceau à ce niveau. Le "RAAAA...PUTAIN DE REALITE....QUI FAIT MONTER LA RAGE" soulève une énergie assez dingue (enfin c'est comme ça tout le long du morceau, putain il est vraiment très bon je suis en train de le réécouter là, olalala mais c'est vraiment excellent)
Série Z est assez parlant dans le même genre. Mais par rapport à Alarme citoyens, autant dans les textes que dans la musique elle-même d'ailleurs, le ton est plus posé; ce qui n'empêche pas le morceau d'être autant frappant.

Mais ce qui caractérise lofo, ce sont aussi des morceaux d'un cynisme assez dur (mais putain ca fait du bien quand y faut) comme Psaume Cac 40 ou Social Killer. D'ailleurs, en ce qui concerne Social Killer, il est difficile de ne pas penser à L'homme pressé de noirdez tellement les effets de style sont proches.
Bon par contre après c'est sur, il y a la touche lofo et le ton est un tantinet plus virulent. Doux euphémisme. Quant à Psaume Cac 40, il s'attaque à tout ce système de valeurs complètement tronquées qui nous est imposé par le complexe médiatique. Jouissif.

Il y a aussi des morceaux sombres, "calmes" (ouais tout est relatif), imprégnés d'une mélancolie qui contraste avec des textes assez radicaux. C'est un état d'esprit qu'on retrouve essentiellement dans Histoire naturelle et Bienvenue sur la Terre. L'un soulève le dessein de l'humanité sous ses plus tristes formes. L'autre utilise l'événement de la naissance pour évoquer certains "rites" de notre culture, tout cela avec une sorte d'ironie mélancolique.
Et puis il y a ceux qui sont sombres mais beaucoup plus durs. Requiem pour moi-même, somptueux morceau, est sans aucun doute le plus significatif dans le genre. Il se traduit comme un bilan acide de l'existence.
Mais je ne veux pas tomber dans une analyse manichéenne "sombre/pas sombre" des émotions utilisées par lofo car ça serait réducteur. Ce qui est intéressant, c'est qu'on voit vraiment que le groupe prend du plaisir à manier tous ces effets là et c'est assez trippant.

Entre autres morceaux marquants, on a Comme à la guerre. Les paroles qui font allusion aux conflits géopolitiques de la planète sont d'une pertinence qui fait froid dans le dos. Et puis il y a cette musique vraiment en accord avec les textes. C'est ça aussi qui est plaisant chez lofo : la musique qui rebondit sur les paroles (ou l'inverse remarque).
Se mettant plus à l'échelle de l'individu, Carapace, un morceau assez excité, interpelle. Le texte est vraiment parlant. "installés dans nos protocoles" qu'ils disent, putain mais ouais, trop. Les délires individualistes remplis d'hypocrisie de tout à chacun sont ici démontés.

Parmi les morceaux introspectifs, Auto-pilote fait très fort, notamment avec ce refrain très planant :
Je me surprends à rêver, à décoller du sol,
ignorant les signaux, les appels qui m'ordonnent de redescendre.
Sans pilote et sans manuel, je finirai en cendres.
Que m'importe alors de m'écraser pourvu que je m'envole ?

Je m'en voudrais aussi de ne pas évoquer L'emprise. L'emprise, c'est une déchirante plainte contre "elles". "Elles", ce peut être beaucoup de choses. Ce peut être nos voix intérieures, celles qui relèvent du surmoi (mouii mes connaissances en psycho sont pas très sûres mais ca doit être ça il me semble), ces voix qui nous brident. Mais ce peut être aussi toutes ces personnes calculatrices, manipulatrices, qui ne voient en l'autre qu'une manière d'arriver à leurs fins. Ce peut être encore autre chose...On ressent pleinement la tourmente qu'"elles" provoquent.

Et on finit sur le morceau qui débute l'album, Le fond et la forme. C'est un morceau diablement énergique, lancé par quelques percutions au tamtam qui donnent la chepé. C'est vraiment ce qu'il y a de mieux pour entamer l'écoute de l'album. Le texte est beau. Je valide complètement.

Bon après, c'est clair que ça n'est peut être pas le genre d'album à conseiller lorsqu'on veut se complaire dans un blues quelconque, ou bien s'absorber dans de douces mélodies enchanteresses. Mais sinon, cet album est superbe, que dis-je, exceptionnel. Par contre, il est clair que pour certains morceaux il faut vraiment être dans des dispositions particulières pour être receptif (Psaume Cac 40, L'emprise par exemple). Des morceaux comme Série Z ou Histoire Naturelle notamment sont bien plus accessibles. Je m'en rends bien compte, n'étant pas moi-même spécialement amateur de métal par ailleurs.
Kylord @ 31/05/03
 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *