Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

C'est complètement idiot d'aller voir ça au cinéma

Alors oui, que les Simpsons soient transposés en film n’appo...
* Tous les articles *

Le Klub des Loosers

Lancé dans les années 2000, Fuzati, le rappeur masqué, fait ...
* Tous les gens *
  Lofofora - Le Fond et la Forme 0 
A priori, je ne pensais pas être sensible à ce style de musique. Mais l'oeuvre de Lofofora est si riche, si forte (c'est peu de le dire, quelle intensité mes aieux), si belle que j'en suis tombé amoureux. Il est évident que ce qui fait une grande force du groupe c'est la voix du chanteur qui donne une sacré intensité aux paroles. Paroles qui sont très intelligentes, très justes, très pertinentes.Les thèmes abordées sont vraiment forts, dans le sens qu'ils ont une portée sans limite : traitant parfois de domaines bien précis, les messages qui en ressortent peuvent s'étendre très facilement. Par ailleurs, cela n'empêche pas lofofora de maintenir une légereté que je trouve judicieuse (notamment par le jeu avec les mots qu'on ressent beaucoup). L'instru n'a rien à envier. La musique sacrément énergique renforce l'effet de puissance sans pour autant tomber dans un brouaha musical. L'énergie est d'autant plus percutante qu'elle est canalisée. Pour en venir à l'album lui-même, Le fond et la forme, on trouve, en plus des aspets cités plus haut, certains textes qui ont une vocation poétique intéressante (Ici ou ailleurs, Le fond et la forme pour les plus évidents). C'est un trait qu'on ne trouvait guère dans les albums précédents.

Décortiquons un peu cet album :

Lofofora est assez percutant pour exprimer diverses émotions, la plus évidente étant le sentiment de révolte.
Alarme Citoyens est un sacré morceau à ce niveau. Le "RAAAA...PUTAIN DE REALITE....QUI FAIT MONTER LA RAGE" soulève une énergie assez dingue (enfin c'est comme ça tout le long du morceau, putain il est vraiment très bon je suis en train de le réécouter là, olalala mais c'est vraiment excellent)
Série Z est assez parlant dans le même genre. Mais par rapport à Alarme citoyens, autant dans les textes que dans la musique elle-même d'ailleurs, le ton est plus posé; ce qui n'empêche pas le morceau d'être autant frappant.

Mais ce qui caractérise lofo, ce sont aussi des morceaux d'un cynisme assez dur (mais putain ca fait du bien quand y faut) comme Psaume Cac 40 ou Social Killer. D'ailleurs, en ce qui concerne Social Killer, il est difficile de ne pas penser à L'homme pressé de noirdez tellement les effets de style sont proches.
Bon par contre après c'est sur, il y a la touche lofo et le ton est un tantinet plus virulent. Doux euphémisme. Quant à Psaume Cac 40, il s'attaque à tout ce système de valeurs complètement tronquées qui nous est imposé par le complexe médiatique. Jouissif.

Il y a aussi des morceaux sombres, "calmes" (ouais tout est relatif), imprégnés d'une mélancolie qui contraste avec des textes assez radicaux. C'est un état d'esprit qu'on retrouve essentiellement dans Histoire naturelle et Bienvenue sur la Terre. L'un soulève le dessein de l'humanité sous ses plus tristes formes. L'autre utilise l'événement de la naissance pour évoquer certains "rites" de notre culture, tout cela avec une sorte d'ironie mélancolique.
Et puis il y a ceux qui sont sombres mais beaucoup plus durs. Requiem pour moi-même, somptueux morceau, est sans aucun doute le plus significatif dans le genre. Il se traduit comme un bilan acide de l'existence.
Mais je ne veux pas tomber dans une analyse manichéenne "sombre/pas sombre" des émotions utilisées par lofo car ça serait réducteur. Ce qui est intéressant, c'est qu'on voit vraiment que le groupe prend du plaisir à manier tous ces effets là et c'est assez trippant.

Entre autres morceaux marquants, on a Comme à la guerre. Les paroles qui font allusion aux conflits géopolitiques de la planète sont d'une pertinence qui fait froid dans le dos. Et puis il y a cette musique vraiment en accord avec les textes. C'est ça aussi qui est plaisant chez lofo : la musique qui rebondit sur les paroles (ou l'inverse remarque).
Se mettant plus à l'échelle de l'individu, Carapace, un morceau assez excité, interpelle. Le texte est vraiment parlant. "installés dans nos protocoles" qu'ils disent, putain mais ouais, trop. Les délires individualistes remplis d'hypocrisie de tout à chacun sont ici démontés.

Parmi les morceaux introspectifs, Auto-pilote fait très fort, notamment avec ce refrain très planant :
Je me surprends à rêver, à décoller du sol,
ignorant les signaux, les appels qui m'ordonnent de redescendre.
Sans pilote et sans manuel, je finirai en cendres.
Que m'importe alors de m'écraser pourvu que je m'envole ?

Je m'en voudrais aussi de ne pas évoquer L'emprise. L'emprise, c'est une déchirante plainte contre "elles". "Elles", ce peut être beaucoup de choses. Ce peut être nos voix intérieures, celles qui relèvent du surmoi (mouii mes connaissances en psycho sont pas très sûres mais ca doit être ça il me semble), ces voix qui nous brident. Mais ce peut être aussi toutes ces personnes calculatrices, manipulatrices, qui ne voient en l'autre qu'une manière d'arriver à leurs fins. Ce peut être encore autre chose...On ressent pleinement la tourmente qu'"elles" provoquent.

Et on finit sur le morceau qui débute l'album, Le fond et la forme. C'est un morceau diablement énergique, lancé par quelques percutions au tamtam qui donnent la chepé. C'est vraiment ce qu'il y a de mieux pour entamer l'écoute de l'album. Le texte est beau. Je valide complètement.

Bon après, c'est clair que ça n'est peut être pas le genre d'album à conseiller lorsqu'on veut se complaire dans un blues quelconque, ou bien s'absorber dans de douces mélodies enchanteresses. Mais sinon, cet album est superbe, que dis-je, exceptionnel. Par contre, il est clair que pour certains morceaux il faut vraiment être dans des dispositions particulières pour être receptif (Psaume Cac 40, L'emprise par exemple). Des morceaux comme Série Z ou Histoire Naturelle notamment sont bien plus accessibles. Je m'en rends bien compte, n'étant pas moi-même spécialement amateur de métal par ailleurs.
Kylord @ 31/05/03
 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celui qui est un sale con

A la scène comme à la télé

0

Quitte à promouvoir une nouvelle fois un pigiste de la chaîne cryptée, parlons du sale con Pierre Emmanuel Barré qui réalise la performance admirable de célébrer chaque facette de notre monde de merde. Economie, Société, Santé, Sport & Science, Art & Religion, Fait Divers et même Cuisine, tout y passe. Le tout à un rythme exceptionnel quasi-quotidien, même s'il faiblit parfois (il recycle ses chroniques comme par rapport à )


Celle qui est une pute comme les autres

(avec un album pour bientôt)

0

Giedre a ouvert les yeux et s'est rendue à l'évidence : les filles sont toutes des putes. Cela tombe plutôt bien vu que les garçons sont tous des salauds (Causeur n'en a trouvé que 343 mais ils ont du mal compter). De fait, le projet visant l'abolition est ridicule. Mais demandons plutôt l'avis à 343 kékés de Sciences Po.


Celui qui kiffe la life

Elle est pas belle la vie ?

0

Gaspard Proust, ce cartésien désabusé qui fait penser à Desproges ne serait-ce que par son usage du silence malicieux, n'en reste pas moins un amoureux de la grande aventure de la vie. A tel point qu'il vient le rappeler chaque semaine sur C+ (même si parfois avec quelque réserve). Rien d'étonnant que sa carrière d'acteur se distingue par une prestation lyrique dans l'amour dure 3 ans (du bouquin éponyme faut-il le rappeler).


Celle qui veut tourner la page sur la plage

Ah ouais trop fort le jeu de mot

0

Pour oublier Boloss, son précédent attentat musical, Zaho essaie de tourner la page. Mais elle va pas s'en tirer comme ça. Ça serait trop facile. Et c'est pas en gambadant dans le sable que ça va s'arranger. Libre comme une mouette qu'elle dit... ouais c'est ça ouais.


Ceux qui sont bien dans l'ambiance

Vive La Fête en concert partout en Europe

0

Vive la Fête Mi Amore, vive la Décadanse. Hé oui, y'a plus de sous alors y'a plus qu'à faire la fête avec Titi dans la forêt et puis c'est tout. Sisi, je t'assure, c'est la vérité. C'est même François Lenglet qui le dit et il est super balaise pour bien comprendre les graphiques.


* tous les people *