Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Hadopi c'est pas fini

Vous avez remarqué, ils se sont bien démerdés avec HADOPI. C...
* Tous les articles *

Dolly

Rien à voir avec la chèvre, Dolly c'est un groupe de wok & w...
* Tous les gens *
  Metric - Old World Underground, Where Are You Now ? 9 
Mdm : Emily Haines, vous êtes clavier et chanteuse dans le groupe Metric. Bienvenue à Monde de Merde pour cette interview totalement fictive.

Emily : Hi guys, nice to meet you.

Mdm : Ah euh merde, vous ne parlez pas français ? Je croyais pourtant.

Emily : Bien sûr que si, bien que canadienne, je maîtrise parfaitement la langue française (*). L’interview est totalement fictive non ? Regardez, je parle même allemand : Ich trinke des biere gern und Würste zu essen. Cool, non ?

Mdm : Super ! Et vous parlez espagnol aussi ?

Emily : Bien sûr ! Pas de problème ! Regardez : Bailo el flamenco y hablo todo el tiempo.

Mdm : Hmm, mais vous ne trouvez pas que profiter d’une interview fictive pour faire passer des clichés bidons sur les nationalités, c’est pas un peu dégueulasse ?

Emily : Oh ben si complètement, mais bon, c’est pas comme si c’est réellement moi qui avais voulu les dire. Hmm… et si on attaquait cette interview ?

Mdm : Avec plaisir. Emily Haines, vous êtes la première femme interviewée fictivement sur Monde de merde ? Ca vous fait quoi ?

Emily : Pas grand chose à vrai dire. Sûrement comme le premier homme. J’ai envie de vous répondre que vous n’êtes qu’un plouc de journaliste avec des questions pareilles. On dirait David Pujadas.

Mdm : Comme vous y allez. Cela ne vous fait donc rien d’être ici avec nous ?

Emily : En fait, ça me change pas tellement. J’ai l’impression depuis toute petite d’être interviewée fictivement par monde de merde, si vous voyez ce que je veux dire.

Mdm : C’est très profond ce que vous dites.

Emily : N’est ce pas.

Mdm : J’ai envie de vous parler de votre premier album qui vous a propulsé : « Old World Underground, Where are you Now ? » . Il s’est fait connaître notamment grâce à votre prestation furtive dans le film « Clean » qui, soit dit en passant, est un film profondément ennuyeux. Il veut nous faire dire tout le long que la drogue c’est le mal, et la seule chose qu’on ait envie de faire à la fin, c’est de se trouver un fix pour sortir au plus vite de la torpeur qui nous a envahi. Heureusement que vous êtes là pour illuminer les premières minutes du film.

Emily : C’est un peu salaud de me complimenter au détriment du film. Mais j’accepte.

Mdm : Dans ce film, on vous voit vous déchaîner sur le morceau assurément le plus célèbre de votre discographie : « Dead Disco ». Ce morceau qui, non content d’être diablement efficace, a aussi l’avantage d’en révéler beaucoup sur votre démarche : il révèle votre énergie, la simplicité tout en intelligence de votre musique, ce clavier agréablement kitsch et puis bien sûr votre charme irrésistible.

Emily : Oh vieux fou, vous me flattez.

Mdm : Vous savez, quand vous nous dites « I know, you tried to change things » ("je sais, tu as essayé de changer les choses") c’est tellement touchant.

Emily : C’est parce que je le sais, je vous comprends.

Mdm : Emily, vous me déstabilisez.

Emily : Je sais, je vous comprends.

Mdm : Vous ne m’aidez pas.

Emily : Je sais, je vous comprends.

Mdm : … bon, euh…. continuons l’interview : maintenant on se connaît mieux, mais si tu nous en disais plus un peu sur comment vous faites votre musique ? Comment ça se passe dans le groupe ? Vos petits secrets et tout ?

Emily : Notre façon de faire de la musique, c’est à l’instant, sur le vif, on essaie de s’inscrire dans un ressenti direct. C’est sûr, bon, c’est super bateau ce que je dis, mais on essaie. J’insiste là dessus parce que ça m’énerve un peu cette manie de la musique actuelle de puiser systématiquement dans ce qui a été déjà fait. Elle est où là l’impulsion vers l’inconnu ? Pas top. C’est d’ailleurs ce à quoi on fait allusion dans « Dead Disco ». Après, avec les gars, on s’aime bien en fait. Etonnant, non ? Y’a Jimmy qui compose, c’est lui le principal responsable de cette pop rock qui tient pas en place. Bon et puisque visiblement vous voulez du ragot : je couche avec le batteur.

Mdm : !

Emily : Je plaisante, en fait, c’est avec le bassiste.

Mdm : Ah ok. Alors James Shaw à la manoeuvre, les musiciens à la musique. Et vous alors ?

Emily : Pour ma part, tout en étant toujours dispo pour aller pianoter sur mon synthé, j’écris ce que je vais chanter. J’ai mes thèmes chéris qui reviennent souvent : la folie des hommes (« Succexy »), celle des femmes aussi (« Hustle Rose »), la mélancolie propre aux rapports humains ( «On A Slow Night » , «Calculation Theme »), et puis l’évocation d’une alternative, d’une évasion à ce monde de merde (« IOU », « Love is a Place »). On nage pas mal autour de l’idée d’un monde souterrain, « underground », un espace fantasmagorique qui transcenderait nos désirs.

Mdm : Mais encore. Dites m’en plus.

Emily : Hé bien cela serait comme la cristallisation d’une volonté cachée de composer nos aspirations autour d’un espace commun qu’on aurait appelée l’instant présent. Vous voyez le truc.

Mdm : Pas du tout, mais c’est pas grave. Continuez.

Emily : Cela nous offrirait la passerelle vers cette harmonie seule capable de nous donner la lucidité de comprendre l'ensemble des ramifications constituant la vérité, elle même multiple. De là, on se rend compte de l'insignifiance des mots, du dilemme de la vie qui est pourtant son essence même.

Mdm : Intéressant. Je vous en prie, poursuivez.

Emily : Ben c'est tout.

Mdm : Je vois.

Emily : Moi aussi, je vois.

Mdm : Euh, arem... l'interview touche à sa fin et je me dis que, mince, on en sait pas tellement sur le contenu même de l'album "Old World Underground, Where Are You Now ?". A quoi doivent s'attendre celles et ceux qui auraient la bonne idée de se le procurer ?

Emily : Et si on laissait la magie de la surprise opérer ?

Mdm : Non mais sans blague.

Emily : Bon, c'est bien parce que vous m'êtes sympathique. Alors pour faire vite - ce que c'est moche comme exercice ce que vous me demandez - disons que nous avons fait là du rock soft mais énergique avec quelques touches électro. Les rythmes sont parfois légers et dansants, parfois langoureux, mais souvent articulés sur des mélodies claires mais subtiles qui ne cessent de se transformer et sur lesquelles seule ma voix aux multiples facettes et tonalités vient s'imposer. Ca va là ?

Mdm : Génial. Emily, je voulais vous dire je vous aime.

* presque véridique
Kylord @ 25/10/06
 
 
Mike
page web

26/10/06
Putain alors ça j'adore !

J'étais tranquillement entrain d'étendre mon linge en me demandant ce que je pourrais bien inventer comme idée de post sur PTLB quand je me suis dis:"Hey Mike si tu faisais une chronique sur Tenacious D et leur nouveau film qui va bientôt sortir!" Et là top de la classe je me dis:"Tin comme ça serait top de ponctuer ça par une interview fictive de jack Black ou tu lui ferais dire plein de conneries plombées de références obscures qui ne font rire que moi!" Fier de mon idée je m'en vais m'installer à mon ordinateur et, comme d'habitude, je vais zieuter mes sites préférés dont Mdm fait bien évidemment parti. La je suis super content car, comble de joie, un nouvel article est paru, diantre je bande! Et vlà t'il pas que c'est exactement ce que cet enculé de Kylord vient de faire à l'instant. Alors là fatalement je me dis, si je poursuis ma démarche, ce fanachiste à la solde du grand capital va encore me traiter de voleur et de fils de pute. Du coup, comme pour ma collection de pins, j'abandonne. Cependant je me console quand même car, sans connaître Emily et son groupe, cette interview m'a bien fait marrer. En plus j'ai cru comprendre que c'est pas la première interview fictive sur Mdm et là je me dis que mon idée géniale c'est ici qu'elle avait du trouver racine et que merde putain je ne suis absolument pas original. Je ne suis qu'un gros nul vendeur de lessive, larve rampante au pieds grecs zé divins du grand et beau Kylord et de son talent infini de journaliste total. On sent bien que ce mec là serait capable de traverser l'amérique à pied en passant par l'Alaska pour faire une interview !


 
kylord

26/10/06
c'est ce qui s'appelle se faire griller sur le fil. Allons, nous allons pouvoir trouver une solution à ce malentendu. Ca serait quand meme con de passer à côté de scoops complètement fictifs venant de jack black sur ptlb, tout ça parce qu'Emily m'a permis la même chose. Et puis de toi à moi Mike, je n'en suis pas certain mais... je crois bien qu'on est pas les premiers sur cette super idée. Il serait bien possible qu'on nous ait nous même grillé, qu'il y ait des gens qui, depuis que l'humanité a vu le jour, y ait déjà pensé. Je sais, c'est pas facile à entendre, surtout pour toi j'imagine, copier les idées d'un mec génial, ça va encore. Mais copier les idées d'un mec qui copie, ça commence à craindre. Bon, à ce sujet, on était d'accord au sujet de la vassalisation de PTLB envers MdM il me semble, mais gaffe quand même, je trouve que tu abuses un peu de la clause "un chèque de 20 francs contre un chant à la gloire de kylord". Déjà d'une part, je vais être à sec, et puis surtout je vais plus être crédible à force, c'est pas bon pour le journalisme total (n'hésite pas à m'insulter aléatoirement pour rétablir l'équilibre, ça irait dans le bon sens pour maintenir des relations cordiales)

Ne passons quand même pas complètement à coté du sujet, j'ose espérer quand meme que cette interview fictive t'a donné envie d'écouter ce qu'est metric, parce que sinon je vais me petit suissider sur le champ, l'échec de la démarche journalistique étant total.

Bon et euh pour traverser l'alaska... ok mais l'interview fictive sur place, c'est pas mal non plus.


 
Mike
page web

26/10/06
Pour ce qui est de la balance cordiale, c'est en ce sens que je te traitais d'enculé dans mon premier commentaire. Bien entendu n'y vois pas d'allusion sexuelle, il s'agissait d'une simple insulte formelle. Tout comme j'aurais pu te traiter de connard, d'enfoiré, de petite bite, d'abrutit ou de communiste. Rien de tout ça n'aurait été dit avec méchanceté bien évidemment.

Pour ce qui est de l'originalité de l'idée, c'est un peu comme l'histoire de l'oeuf et de la poule on en convient. Personnellement je suis adepte d'une philosophie personnelle qui déclare empiriquement que si je ne connais pas (ou si je m'en rapelle plus) ça n'existe pas. Comprend bien que ce n'est pas le fait de piquer un concept à monde de merde qui me désoblige (ça je l'ai déjà fait maintes fois), c'est le fait de savoir consciemment, avant même d'avoir entamer sa réalisation, que ce petit chybre de kylord l'a déjà fait.

C'est une question de fierté purement subjective et non une question de déontologie. Car il faut l'avouer, rien de ce qui n'est publié sous l'enseigne PTLB n'est original ou inventif.

Enfin bref, je vois que Mdm montre de la compassion détourné pour son petit cadet (encore une manière détournée de redorer son blason) et serait prêt à lui laisser exploiter une idée, une vieille idée peut-être, mais qui reste tout de même bien meilleur que... je ne sais pas moi... le miel en tube, le jacky show ou la création d'une chaîne franco-allemande. Alors du coup, j'hésite entre me drapper dans ma dignité et repousser les frontières de la créativité, me murer dans un silence éternel ou réaliser l'interview fictive de Jack Black. Je crois bien que ça dépendra de ma motivation ou de ma létargie chronique.

Bien à vous.


 
Kylord

26/10/06
super tout ça, nous nous sommes donc parfaitement compris. Bien entendu, il faut que ça reste entre nous. Si nos accords contractuels venaient à se savoir, ça tiendrait plus debout.

En tout cas j'aime beaucoup cette philosophie de décréter que ce qu'on ne connait pas n'existe pas. Je crois que je vais m'y mettre. On doit finir par s'extasier devant son génie à réinventer les choses, franchement, ça, c'est pas con mais alors pas con du tout. En plus, on doit se sentir un peu comme un pionnier permanent de la vie. Non là Mike, tu tiens un concept de génie. Ca, c'est carrément original.

Au fait vous n'avez pas répondu à ma question sous jacente dans mon précédent commentaire cher Mike. Avez vous eu l'idée d'écouter Metric après cet interview fictif ? Ne serait ce que cliquer sur un extrait comme ça (par mégarde, ça compte aussi). C'est pour savoir si faut que je m'achète des petits suisses demain.


 
Mike
page web

27/10/06
Quelle impatience, à croire qu'ils vous paient plus que nous. Et bien la réponse est non, car je n'ai pas de son au bureau (mon patron est un tyran... ah moins que ce soit moi qui soit trop pauvre pour m'acheter des écouteurs) et que ce soir j'avais des amis philosophes à la maison. Mais je promet d'écouter ça ce week-end et d'écrire ici même un commentaire sur mes impressions, attendez donc avant de passer à l'acte.


 
kylord

27/10/06
Ne vous forcez pas la main, votre réponse est déjà donnée. Vous n'avez pas fait irruption dans le bureau de votre patron pour exiger sur le champ un budget en équipement sonore qui vous permettrait de vous libérer de cette frustration insupportable de ne pas pouvoir écouter Metric. Vous n'avez même pas profité de la présence de vos amis philosophes pour leur faire partager votre découverte inédite "j'ai entendu parler d'un groupe génial ! Il faut à tout prix qu'on s'écoute ça, ça a l'air vraiment trop super, ça se trouve c'est encore mieux qu'un concerto de scies musicales". Non vous n'avez rien fait de tout ça. L'enquète de satisfaction est donc close, et je vais procéder au petit suicide aujourd'hui même.

Ou pas, parce que pour le coup, j'ai un peu du mal à me convaincre que ça n'a jamais été fait.


 
Mike
page web

28/10/06
Alors je viens de regarder le vidéo clip de Docteur Blind et c'était vraiment génial. J'en ai profité pour acheter l'album de Metric et le faire écouter à mes amis philosphes qui ont adorés et sont repartis du bonheur dans le coeur et des étoiles dans les yeux. Mon patron à l'écoute de ce groupe extraordinaire a investit la moitié du budget marketing de la boite en enceinte et sono dolby surround afin de faire tourner cet album en boucle au bureau. Kylord vous avez changé ma vie, je ne vous remercierais jamais assez ! Kylord? Kylooord? wouhou... y a quelqu'un ? ... merde alors on dirait qu'il n'est plus là...


 
kylord

30/10/06
vous êtes gentil, vous dites ça pour me faire plaisir, mais maintenant j'ai quand même 2 ou 3 doutes.


 
Mike
page web

30/10/06
Plus sérieusement, j'ai juste eu le temps de voir le clip de Docteur Blind que j'ai trouvé très intriguant tant sur le plan musical que sur le plan visuel. Je me pencherais plus en détail sur son oeuvre par les temps à venir c'est certain. En tout cas, merci d'avoir partager vos goûts musicaux qui nous change un peu de la diahrée sonore qui dégouline des grands médias. Mais qu'à cela ne tienne, je me ferais un malin plaisir de vous faire découvrir des choses moi aussi! Mais je ne sais pas si ça va attirer du monde... faut dire que le dernier album d'Aimable et son orchestre n'a pas vraiment cartonner dans les charts.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :


Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *