Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

L'île de ouf malade

Sur mondedemerde.net, faire découvrir des films qui n'ont pa...
* Tous les articles *

Korn

Les précurseurs du néo-métal, après avoir apporté un vent de...
* Tous les gens *
  Soyez sympas, rembobinez ! (ou Michel Gondry chez les bisounours) 2 
L'industrie du divertissement, c'est le mal. Ils font rien qu'à vouloir faire de l'argent sur le dos des artistes et du public.

Bon je singe un peu mesquinement la défense des libertaires de la culture (dont je fais parti car je suis un vrai démocrate) puisque c'est le propos bisounours qui ressort un peu forcé du dernier film de Michel Gondry actuellement sur les écrans : Soyez sympas, rembobinez !. Be Kind Rewind en VO (comme toujours le slogan est plus efficace en anglais).

Oh le film est bien sympathique. Il s'agit d'une comédie prenant place dans un vidéo club old school qui loue des VHS (oui oui des cassettes vidéos, vous vous rappelez ?). Be Kind Rewind est un plaidoyer en faveur de la distribution cinématographique libre et indépendante qui se veut une alternative aux grands marchés hollywoodiens, à l'instar d'un certain Empire Records qui était un plaidoyer en faveur de la distribution musicale libre et indépendante s'affranchissant des majors du disque.

Parmi les protagonistes qui sont essentiellement les employés du magasin (ou dans son périmètre (encore comme Empire Records)), on notera Jack Black qui se caricature pourrait-on dire volontairement en incarnant le rôle de l'idiot qu'il faut à tout prix éviter. Il forme un duo sympathique avec Mos Def qui joue son complémentaire. Dany Glover chapeaute le tout dans ce rôle qu'il excelle par dessus tout : le vieux pépére un peu rabat joie mais rooo avec un tellement bon fond (oh tiens comme le boss joué par Anthony Lapaglia dans Empire Records).

Hormis ces énoooormes ressemblances avec Empire Records (en un peu moins punchy, il faut le concéder), se révèle un discours particulièrement moderne malgré l'obscolescence apparente du contexte (la location de VHS).

Sans aller dans le détail du scénario, l'histoire raconte la réalisation de détournements de films par les employés du magasin, le but étant de les fourguer à la location (tiens mais c'est encore un parallèle à Empire Records où ils organisent leur propre concert, non mais c'est fou ça). Bien entendu, les studios de cinéma ne l'entendent pas de cette oreille et déboulent pour infliger leurs sentences : des centaines de milliers de dollars d'amende et 63000 ans de prison (rien que ça). Si j'étais toi Mozinor, je serais pas à l'aise dans mes baskets. Mais à ce que je vois, t'es déjà pas bien en forme.

Mais qu'est ce que nous dit ce scénario ? Michel Gondry semble retracer de façon sous jacente les transformations actuelles qui découlent des nouveaux médias, l'internet et tous ces nouveaux moyens de com' : on met de côté les grosses productions et on s'adonne aux nouveaux plaisirs des partages de vidéo en tout genre. Oh mais tiens, ça me fait beaucoup penser à Youtube et Dailymotion tout ca. Pour Michel Gondry, les majors veulent empecher ça, mais elles n'y arriveront pas car la démocratie participative aura raison d'elles (d'où le propos un tantinet bisounours qui ressort du tout).

Pour revenir à l'histoire, le patron du magasin (Dany Glover donc) essaie de trouver des méthodes pour résister à la concurrence pendant que ses employés déconnent à plein tube. Il se renseigne sur la distribution classique pour essayer de voir comment il peut faire survivre son commerce (car lui ne voit pas d'alternative à se mettre au pas de la grande distribution). Par la bouche de ce personnage, Michel Gondry exprime alors sa critique du système : réduction de la diversité de choix, classement par genre simplifié, vendeurs incompétents... Michel Gondry ne semble apparemment pas plébisciter la grande distrib'.

Ce film trouve aussi son intérêt dans ses multiples références et clins d'oeil cinématographiques (même au delà car j'ai cru voir une référence au passé d'Apple mais peut être que je trippe trop). Bon, fatalement, elles s'enchainent tellement qu'elles peuvent échapper même à un journaliste toto excessivement cultivé tel que moi. Même Jennifer Ayache pourtant grande amatrice de soirées DVD pourrait ne pas s'y retrouver.

Donc au final, on n'est surement pas au niveau de l'excellentissime Eternal Sunshine of the Spotless Mind que nous avait précédement proposé ce même Michel Gondry (le titre de ce film n'avait lui pas été traduit, ce qui n'était pas un mal). Soyez sympas, rembobinez n'est certes pas un film exceptionnel, il n'en reste pas moins qu'il se laisse bien voir et d'ailleurs, se laissera surement mieux voir à la télé qu'au cinéma (comme... Empire Records, vous avez trouvé, vous êtes super balaises).

Kylord @ 07/08/08
 
  page web

08/08/08
J'avais pas fait le rapprochement avec Empire Records, film culte par excellence. C'est ptet le nombre de bonnasses en moins qui fait ça. ceci dit je note le "dernier film de Michel Gondry actuellement sur les écrans" pour réaliser que vous devez vivre dans une contrée bien reculée pour que ce film soit encore sur les écrans.


  page web

08/08/08
oui bon, à 1 ou 2 semaines près...

mais il est vrai que je n'ai peut etre pas suffisament sougliné la qualité d'Empire Records qui, certes malgré les parallèles avec le présent film, a une toute autre dimension. Et je trouve que le premier commentaire sur Empire Records sur la IMDB (qui ne vaut certes pas la MdMdb) est à ce sujet très pertinent.

Donc merci cher Mike de replacer les choses dans leur juste dimension.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :


Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *