Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Queens of the Stone Age - Rated R

C'est le premier album substanciel que nous ont sorti "les r...
* Tous les articles *

Tue-Loup

Ce n'est pas parce qu'on tue le loup et qu'on abat Merlin qu...
* Tous les gens *
  X-Files Régénération 7 

…tel est le titre traduit de nul part du nouveau film de Chris Carter basé sur la cultissime série X-Files. Le titre original était pourtant X-Files I want to believe (qui aura un certain lien avec le scénario), que les canadiens ont fidèlement traduit par X-Files Je veux croire, mais bon c’est vrai que c’est nulle comme traduction.


X-Files Régénération donc, est une daube sans nom. Si quelques fans nostalgiques de la série auront tendance à persister, et c’est leur droit, d’affirmer qu’il n’est pas complètement mauvais, que c’est quand même du niveau de la série, et patati et patata, il n’en reste pas moins que X-Files Régénération est un mauvais film. Un très mauvais film. Poussant même à certains moments le vice jusqu’à être une insulte à la formidable série TV qu’X-Files fut dans le temps.


L’histoire pour commencer, n’a strictement rien à voir avec le corps scénaristique principal de la série (et précédant film). Il s’agit d’une intrigue annexe sans intérêt qui n’avait en rien le droit d’exister sur grand écran. Alors que Carter aurait pu développer une énième histoire d’extra-terrestres, d’insectes tueurs, de contamination mondiale, de complot gouvernemental, de fantôme romantique, de panda psychopathe ou même de caribou mutant, c’est bien une banale histoire d’enlèvement qui sert de trame conductrice. De plus, cette dernière est traitée de manière insipide, du niveau d’un mauvais téléfilm de deuxième partie de soirée sur RTL9. Car si l’on supprime les deux acteurs principaux et les 6 notes emblématiques du générique de la série, impossible d’y voir un quelconque lien avec X-Files.


Et les acteurs, parlons-en. David Duchovny et Gillian Anderson, maitrisent leurs personnages (mais bon dans un sens avec 10 ans de pratique le contraire eut été étonnant) et parviennent à faire bonne figure malgré la plâtrée de dialogues indigestes et souvent ridicules que leur impose le script. Amanda Peet (Syriana) et Xzibit (Pimp my ride), incarnant le duo choc du nouveau FBI, sont par contre totalement invisibles, la faute à un scénario exclusivement centré sur Mulder et Scully qui se contente de les cantonner au rang de faire-valoir. Callum Keith Rennie, incarnant le méchant de l’histoire, fait lui aussi figure de bouche trou avec peut-être une ou deux phrases prononcées de tout le film.


Le seul acteur qui s’en sort plutôt bien, et le seul à avoir un personnage légèrement travaillé, sera l’excellent stand-up comedian écossais Bill Connolly qui, si il est totalement inconnu en France, jouit d’une immense notoriété outre manche. Sa popularité et son quota sympathie sont d’autant plus amusants que Connolly interprète ici le rôle d’un curé pédophile animé de visions surnaturelles (qui sera au final le seul élément paranormal de l’histoire placardé au rang de détail scénaristique, et ça fout un peu les boules pour un film estampillé X-Files).


Parlons du scénario à présent. Le vide qui l’anime est la principale cause du désastre cinématographique après les innombrables absurdités et incohérences qui le composent. Nous sommes dans une paisible et reculée bourgade du nord des États-Unis. Un agent du FBI disparait. Un prêtre pédophile anciennement condamné par la justice et fiché au FBI, est soudainement animé de visions surnaturelles et assiste à distance à la scène. Il contacte le FBI pour signaler ses visions et, comme c’est un pédophile et que personne au FBI ne croit un seul instant à ces visions, il est évidemment décidé de mobiliser une cinquantaine d’agents se faire guider par le dit prêtre afin de rechercher le corps de la victime dans une prairie enneigée.


La mission est payante puisque le FBI retrouve un bras d’homme dans la neige, sachant que l’agent disparu est une femme. Tout cela est bien étrange ma bonne dame, alors le FBI décide de contacter Fox Mulder, le spécialiste des trucs pas net, pour avoir son avis sur la véracité des visions du prêtre. Mais si vous avez un peu suivi la série, vous savez pertinemment que Fox Mulder vit loin et caché car il est hors la loi et que le FBI veut mettre la main dessus depuis longtemps (mais c’est pas facile pour le FBI de trouver un mec, d’autant plus que Mulder s’est intelligemment laissé pousser la barbe, méconnaissable le Fox avec son déguisement). Donc bon, le FBI ne pouvait pas le retrouver quand il le cherchait, mais là y vraiment besoin de lui (comment ça non ?) donc le FBI a une super idée : demander à Scully (puisque bien sur elle sait où il est puisque bien sur ils couchent ensemble ? Vivent ensemble ? C’est pas très clair… merde je viens de vous spoiler la surprise).


Commence donc l’enquête de Fox Mulder et Dana Scully (parce que oui Fox Mulder il se cachait depuis des années mais là vous comprenez on a besoin de son avis alors il sort de sa cachette et se rase la barbe… merde je viens encore de vous spoiler (oui parce que ça fait quand même parti des moments les plus intenses du film)).


Le reste de l’enquête s’étire ensuite péniblement pendant 1h44 (qui en parait 3h58), alternant un Fox Mulder en quête d’une quelconque motivation pour justifier sa présence dans cette histoire qui ne le concerne pas à grand coup de clins d’œil faciles sur la série (Maiiiheuuu je cherche cette femme disparue parce que intérieurement je cherche encore ma sœur kidnappée par des extraterreeeestreuh… comment ça ça n’a rien à voir ?) et d’une Dana Scully qui lui répète inlassablement que maintenant elle est docteur et qu’elle ne veut plus se perdre dans des enquêtes sordides même si c’est vrai que c’est un peu elle qui le motive à aider le FBI en premier lieu mais que bon sang elle a un gosse à sauver.


Car c’est principalement le rôle réservé à Dana Scully, mise à l’écart d’une enquête pitoyable pour s’échiner à jouer les docteurs House dans un couvent, luttant corps et âme contre la tentation de laisser crever son patient ou de le sauver (et vive le serment d’Hippocrate). Vous vous dites surement que ça n’a rien à voir avec X-Files ? ah ah que vous êtes naïfs (mais incroyablement lucides).


X-Files Régénération est donc une belle daube sans aucune espèce d’intérêt à moins que la simple vision de David Duchovny et Gillian Anderson soit suffisante à vous faire palpiter la nostalgie. Chris Carter partouze avec ses acteurs sur les millions de dollars que le film engrangera sans se fouler en collant le logo de la série sur une affiche, sans le moindre respect des spectateurs et il est très certainement content de lui le bougre.


Ceci-dit, si vous êtes en manque de Duchovny, je vous conseille plutôt des visionnages intensifs de la série Californication, un petit bijou insolent et jouissif inspiré librement de l’œuvre de Charles Bukowski. Et ça mes amis c’est pas de la daube.

Earl Mayer @ 10/08/08
 
 
Steven

12/08/08
Je savais bien que les dinosaures partouzeurs de droites n'étaient pas si innocent dans les complots gouvernementaux.


 

Tom

15/08/08
Ayant pu cotoyer ce genre de créature il y a peu, je me dois de préciser que le sus-mentionné "caribou mutant" est en fait un orignal (ou "élan d'Amérique" ou "moose" en anglais), à ne pas confondre avec le caribou qui est un genre de renne américain.

Je crois que cette rectification était importante pour ne pas froisser les nombreux lecteurs cervidés et assurer la crédibilité de cet article.


  page web

15/08/08
TOM > C'est exA. J'ai délibérément tronqué cette traduction pour un effet littéraire humoristique de circonstance, le caribou étant beaucoup plus drôle que son cousin l'élan. Cela vient d'une sombre histoire de mixité génétique liée à la récession des chromosomes rigolos dans le patrimoine des rennes. Ce n'est pas très clair, même pour les scientifiques et les québécois (et encore moins pour les scientifiques québécois). De plus, nos statistiques tendent à prouver qu'aucun élan anglophone ne se compte parmi les lecteurs cervidés de Monde de Merde. Cette censure (car c'est la censure du gouvernement canadien qui explique ces chiffres désolants, les élans d'Amérique du nord n'ayant pas d'accès libre à Internet) est tout bonnement scandaleuse, et l'erreur que vous soulignez n'est en faite qu'une subtile tentative de ma part (moi le défenseur des internautes cervidés de toute nation et de toute religion) d'attirer l'attention sur cette situation dramatique, plutôt que de faire de sombres allusions aux invasions russes et autres tromperies olympiques chinoises qui envahissent la toile et aveugle le cyber-peuple quant aux terrifiants et véritables dangers de ce monde.

Mais merci d'avoir commenté mon article, j'aime savoir que je suis lu par des gens cultivés et pointilleux.


  page web

26/08/08
Je n'ai rien à ajouter à cet article fort complet, d'autant plus qu'il m'a retiré toute envie éventuelle de m'égarer dans une salle projetant le flim.

Cependant, j'ai bossé un peu le sujet "cervidés" et mes conclusions sont :
cerf = renne = caribou > élan = orignal
Je fais du tac-o-tac mais je dirais que c'est ça. A peu de choses près.


  page web

28/08/08
Kylord... soit vous êtes un rhétoricien de première, soit vous êtes un sacré crétin.

Mais vous avez réussi à me perdre là...


  page web

08/09/08
la ici mentenant je vien de me rendre compte que se site est a coté de la plaque !
mais comme meme il me plais


 
docteur justice
page web

22/09/08
je pense qu'il n'y a rien a ajouter ou si peu sur ce commentaire détaillé et exhaustif... somptueuse arnaque qui ne vaut pas le plus mauvais des épisode. Je me suis demandé si il n'avaient pas perdu la licence d'exploitation ?! et que dire de l'apparition gadget de Skinner... manquait plus que rastapopoulos... une belle arnaque a éviter

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *