Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Fatalement ça devait arriver

Michael Youn a réalisé un film à partir d'une de ses pitreri...
* Tous les articles *

Queens of the Stone Age

Ces rockeurs stylés comme en témoigne cette joulie photo dan...
* Tous les gens *
  La Très Très Grande Entreprise 7 
En ce jour d'armistice, MdM revient de loin et revient à ses premiers amours qu'est le cinéma consacré au monde du travail (qui lui ne signe pas souvent d'armistice). Va savoir pourquoi, ça revient ici souvent. Serait ce l'intitulé "monde de merde" qui aspire à cette voie...

Quoiqu'il en soit, ce n'est pas une ligne éditoriale choisie avec préméditation. Ca tombe comme ça et tout ce que vous lirez ci-dessous est librement inspiré. Toute ressemblance ou similitude des faits décrits avec des événements ayant réellement existé serait coïncidence purement fortuite (mais fortement possible car très probable).


Parlons donc de La très très grande entreprise de Monsieur Pierre Jolivet actuellement sur les écrans (le film, pas Pierre Jolivet). Après Le Couperet et Violence des Echanges en Milieu Tempéré déjà chroniqués ici, voici un autre film qui présente le monde du travail comme un formidable outil de désintégration sociale (youpi banane). Avec Le Couperet, on avait le récit d'un parcours personnel qui arrivait à de biens piètres extrêmes pour survivre professionnellement. Avec Violence des Échanges en Milieu tempéré, on avait une représentation des contradictions insolvables entre cohésion sociale et exigences professionnelles demandées aux individus.

Dans La très très grande entreprise, c'est l'impact des grosses sociétés sur le tissu économique et social des régions et leurs habitants qui est levé. Oui, dis comme ça, c'est pas la grosse rigolade tout ça.

Et pourtant, le film est une comédie réussie. Entre le sérieux du propos, la qualité du jeu des protagonistes et la légereté qui malgré tout revète le tout (sans doute la difficulté la moins simple à résoudre), l'ambivalence du mélange des genres est rondement bien gérée.

Il faut dire que les acteurs sont bien choisis. Roschdy Zem qui est le kadmérade du moment (comprendre qui joue dans tous les films français qui sortent : Go Fast, La fille de Monaco...) assure, Jean Paul Rouve sait toujours très bien interpréter les personnages à l'humilité prononcée (et c'est rare ma petite dame !), et Marie Gillain, qui ne fait pas toujours des choix artistiques judicieux, est ici très bonne.

A ce petit monde s'ajoutent le jeune acteur Adrien Jolivet qui est un peu la caution "Bon enfant" du tout (et pour cause, c'est le fiston du réal), et Vikash Dhorasoo qui est un peu la caution footballistique du tout (wtf ?).

Ce qui est très intéressant dans ce film, c'est que le choix de la comédie légère est maintenu jusqu'au bout malgré le dénouement mi-figue mi-raisin (j'en connais beaucoup de réalisateurs qui nous l'auraient joué dramatique (c'est une image, je n'ai pas tant de connexions dans le milieu cinématographique français)). La victoire des personnages est plus dans le fait d'avoir vécu une aventure ensemble, d'avoir incarné une bataille en laquelle ils croyaient, que dans le fait d'avoir vaincu symboliquement la grande société contre laquelle ils se battent. Le seul fait de ne pas céder à la désespérance est en fait leur victoire.

Attribuons aussi une petite mention à l'habillage du film qui lui donne un cachet singulier : la BO signée de Manu Katché (wouhou Top of The Pop man) et le jeu d'adapter la mise en scène au contexte social dans lequel on se trouve. Pour illustrer ce dernier point, on remarquera les petits encadrés bien carrés et propres sur eux qui présentent les cadres supérieurs de la firme. A l'inverse de la mise en scène inspirant plus de proximité quand les héros se réunissent entre eux.

Bref, la très très grande entreprise est un très très grand film, aussi parce qu'il sait garder subtilité et légère déconnade dans un univers qui aurait pu nous refourguer les grands principes moralisateurs habituels (je pense là au cinéma américain de Erin Brokovitch par exemple).
Kylord @ 11/11/08
 
 
abitbol
page web

30/11/08
ce site pue la merde !


  page web

01/12/08
abitbol> J'ai connu un mec de droite une fois qui avait plus de classe que ça.


  page web

01/12/08
alors ça ! ça n'est vraiment pas très sympa.


 

11/12/08
Le train de vos injures roule sur le rail de mon indifférence... je préfère partir plutôt que d'entendre ça, plutôt que d'être sourde!


 
c'est un secret!

14/12/08
Bonsoir,
Je suis tombée sur ton site en écrivant "monde de merde" sur google, pour voir...
Et bien la trés trés grande entreprise est un trés trés bon film, drôle, décalé, mais malheureusement si proche d'une réalité presque irréelle. Je ne vais pas souvent au ciné, et quand j'y vais, je n'en sors pas forcément ravie, mais aprés celui là, j'étai contente et je me disai qu'il y aait quelque réalisateurs qui gardaient "du plomb dans la tête!


 

19/12/08
Avec un article pareil, je pense que ça vaut le coup de voir ce flim ...immersion de l'astronef!

Je posterai un commentaire utile quand j'aurai vu cette "Très très grande entreprise"...


 
pX
page web

22/10/09
Pkoi la photo de Patrick Swayze et Bidul Nikolic est-elle linkée sur... Ah d'accord ! Eh :)

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *