Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Amélie Nothomb dans la facilité ?

Laissez-moi donc vous conter un plaisir taquin, un plaisir b...
* Tous les articles *

Paramore

Des jeunes émos qui posent autour d'une petite puce bien plu...
* Tous les gens *
  Lova Lova mon amour 21 
Je poursuis mon périple dans la culture adolescente et vous propose - attention tenez vous bien - la chronique du dernier album de Superbus Lova Lova, deux jours après sa sortie (!!!). A force de citer Jennifer Ayache, ça devait arriver.

Premier constat : Superbus est peut être le présage des productions à venir très orientées merchandising comme en témoigne les éditions collector à foison proposés dans les bacs. Le contenu fait d'album photos et de DVD de making of démontrent une volonté de stylisation exacerbée. Bon c'est pas non plus novateur, mais la démarche du "packaging" qu'on voit ici pourrait bien être ce qu'on va voir de plus en plus. Ce phénomène n'est certes pas limité à la musique puisque c'est déjà le cas pour les jeux vidéos qui déboulent souvent en deux éditions dont une collector qui propose ce que devrait contenir la version de base (mais c'est un autre débat).

Quant au groupe, il s'appuie énormément sur cette démarche marketing pour vendre, tout particulièrement Jenn' qui va jusqu'à faire la pouf. C'est ainsi qu'elle a eu l'immense honneur de remporter le prix de la pouf rock ici même. Elle en remet une bonne couche sur Lova, Lova. Sauf qu'ici, elle prend la posture dite du "personnage pouf" ; c'est à dire "c'est pas moi la pouf, c'est le personnage que je joue qui est une pouf" ... t t t... Mais ne soyons pas totalement langue de pute car, effectivement, Jenn' utilise carrément les codes du Crazy Horse et joue la pinup qu'elle revendique incarner tant dans le style musical (les titres Gogo Dance Show, Call Girl, Lova Lova) que vestimentaire (vive les perruques, les chapeaux et le maquillage bien marqué). On frole même le fétichisme et c'est pas spécialement déplaisant.

D'un autre côté, contrairement à la pouf habituelle, Jenn' sort peu du rôle qu'elle se fixe par rapport à l'album. Les interventions médiatiques non musicales qu'elle donne sont très souvent succinctes, bon enfant et elle ne cherche pas spécialement à se mettre en valeur. On peut même dire qu'elle passe bien souvent pour une conne. Normal pour une pouf vous me direz, mais Jennifer ne cherche même pas à faire illusion ; ce qui est bizarre mais plutôt honnête en fin de compte. La gène qu'elle a face aux médias est ce qui doit notamment faire écho à un public d'adolescentes en mal d'identité.

Mais ne soyons pas dupes. Il y a surement d'autres raisons à cette présence médiatique disparate du groupe. Car c'est quand même peu fréquent lorsque le retentissement public atteint un tel niveau. Par exemple, les managers gravitant autour du groupe ? Est ce qu'ils ne chercheraient pas à appliquer la fameuse technique "mylène farmer" par hasard ? c'est à dire le coup dit de "la charmeuse en retrait qui n'a rien à dire" ? De toute façon, c'est en phase avec la personnalité de Jennifer Ayache, donc c'est parfait tout va bien, encore une victoire de canard (canard étant le marketing). Si on fait la synthèse, on constate en effet qu'une imagerie est pensée pour coller au ton de l'album et habille alors l'ensemble de la production de façon quasi hermétique, y compris Jennifer Ayache et ses comparses eux même. C'est ce qui vaut leur statut peu contestable de "groupe commercial", bien plus que d'autres.


Mais toutes ces considérations mises à part, écoutons un peu l'album, car après tout, ils ne font pas seulement du style mais un peu de musique aussi. Au passage, je défends que les comparer aux groupes de rock soit plus techniques, soit plus hard, soit plus profonds, est un non sens (hé ouais j'y vais carrément moi, j'ai pas peur de me mouiller). Ils ne prétendent pas spécialement aller sur ces terrains là puisqu'ils font clairement de la pop rock limite variétoche. Par contre, que la couverture médiatique soit inégalement répartie en leur faveur peut être à juste titre trouvée injuste. Mais on ne peut pas dire que ce soit spécialement de leur fait. C'est pas de leur faute si même ici je dérive grave. Pas de panique, je vais me rattraper sur d'autres aaaaaartistes.

Cela dit, ce n'est pas une raison pour ne pas faire la critique de l'album Lova Lova. Je veux dire une critique qui aille au delà du "lol cé trot bi1 superbus".

Alors allons-y. La première impression, c'est celle d'un WoW, l'opus précédent, qui serait aller se faire lessiver dans les années 80 (I wanne be u comme exemple frappant). Voilà plein de "bibibip" et de "tu-tu-tu" qui débarquent. Du coup, on se demande si cela va pas servir de prétexte à masquer une fadeur caractérisée. L'exemple en est le premier titre Nelly : ben on retrouve Lola comme qui dirait (comme si on l'avait pas assez entendu), avec des "tututidu" en plus. Bon, le prénom a changé mais l'allitération du "L" est de retour. "Nelly sent le lilas", "Nelly est là"... Ça joue avec les sonorités mais n'est-ce pas un peu trop facile voire limite abusé ?

Musicalement c'est pas désagréable, plutôt plaisant dans le sens que c'est fringuant et léger, même parfois paisible. Rien de nouveau sous le soleil vous me direz, mais cette tendance de douceur est plus appuyée que sur les précédents albums. Cela s'illustre très bien par A la verticale, un morceau teinté de xylophone qui peut être vu comme un ode au féminisme ou comme un cri de révolte contre la pratique du missionnaire, à vous de voir.

Par contre, la répétitivité en général est douloureuse. Elle n'existait pas à ce point sur WoW. Les lyrics sont dépouillés et on a parfois l'impression de boucles à tel point qu'on se demande si on a pas relancé le morceau en cours de route (Nelly, Addictions...). Pour des morceaux qui se veulent courts et efficaces, la répétition est difficilement justifiable, surtout quand elle touche tout : les paroles et la musique. Remarque, puisqu'ils disent s'inspirer des années 80, ils ont peut être voulu coller totalement à l'esprit de la période :


... ça ne vous rappelle rien ?

Pour la petite parenthèse, question années 80, on retrouve carrément les sonorités d'Eurythmics dans Keyhole.

Mais Jennifer Ayache s'appuie sur son atout indéniable, encore plus que sur WoW : sa voix. Elle allie plus que jamais charme et douceur, entrain et lascivité. Un exemple ? Apprends moi (à la première écoute, on ne saisit pas forcément le "A"...). Après Travel the world où son homme devait la trimballer à travers le monde, la demoiselle semble requérir bien beaucoup d'attention. La cocotte se sert donc de sa voix du mieux qu'elle peut pour masquer les faiblesses du reste. Il faut bien dire que son timbre est inédit. Je serais étonné qu'on puisse retrouver une chanteuse avec cette vocale là. Pour ma part, je dirais même que c'est essentiellement la sensualité de cette voix qui me fait accrocher. Mais ça ne marche pas toujours comme sur Hello hello où là c'est vraiment trop faible.

On retrouve aussi un peu le Superbus à la "No Doubt", du rock un peu plus énergique, au rythme dansant, ce superbus qui attise souvent moins la haine des détracteurs du groupe. Just like the old days, qui déclare explicitement l'affiliation aux années 80, imprime ce style.

Que dire au final ? Hé bien, c'est un nouvel album qu'on n'écoutera pas indéfiniment mais agréable pour une petite session d'easy listening. Du Superbus quoi. Cela dit, contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre "Lova Lova", le groupe fait moins de jeunisme qu'auparavant et s'appuie davantage sur son côté charme. Les titres relevant du style cabaret & cie, avec la présence de clavier, sont finalement les plus ludiques. L'ensemble est cependant très court ; ce qui en fait un volet moins complet que WoW ou Pop'n'Gum.

Si vous n'avez pas de problème personnel avec Superbus, vous pouvez vous autoriser ce plaisir coupable. Sinon, ça va pas s'arranger.
Kylord @ 11/02/09
 
  page web

11/02/09
En ce qui concerne le packaging autour du CD, je pense que c'est principalement la seule arme que les maisons de disques ont trouvé pour concurrencer le piratage sur Internet. Même de bons groupes (en opposition à Superbus bien sur) sortent souvent des coffrets collectors plein de cds, dvd, photos, poils pubiens etc... on pourra donc mal accuser Superbus de stratagème.

Pour le reste, c'était vraiment très intéressant. Ca ne m'a pas donné envie d'acheter leur album mais je saurais quoi dire en soirée.

Merci pour cette leçon de bon goût comme d'habitude.


  page web

11/02/09
Tout à fait, ce serait bien mauvaise foi de ma part de dire que ce merchandising de Superbus est une arnaque.

En fait, je dérivais un peu vite vers les procédés là déjà moins scrupuleux qui sévissent dans l'industrie du jeu vidéo. A une époque bénie, on avait des grosses boites avec plein de contenu intéressant pour de modiques sommes alors même que l'industrie n'engrangeait pas autant de bénéfices qu'aujourd'hui. Maintenant, si on veut le même contenu, il faut raquer encore plus, à moins de se farcir une pauvre boite en plastique avec le manuel sur le DVD en pdf. Alors qu'on me parle de crise machin, je veux bien, mais que je sache, la plupart des grands éditeurs du secteur sont loins d'être à la peine. Mais oui, comme je disais, c'est un autre débat.

Car à côté de ça, Superbus c'est la grande classe. Surtout que l'édition limitée collector est à peine plus de 2 euros que la version standard et c'est donc tout à leur honneur.

(au fait, on avait parlé d'un défi de faire un commentaire plus long que le post lui même... je crois que je vais déclarer forfait d'office pour ce post là).


 
TINTURIER

29/07/10
Vous avez le droit de ne pas aimer Superbus, mais pas le droit de dire des méchancetés ! Jenn est loin d'être une po*f ! Aucun respect pour les gens ! Si tout le monde penserait comme vous Superbus ne continuerait pas à vendre autant de disques et à faire le tour des zéniths de France alors s'il vous plait arrêter d'être bête car là vous êtes plus que ça!

Tchao et Vive SUPERBUS !


 
NELLY

29/07/10
Fuck fuck fuck ces blogs a la con c'est vraiment debile, personne ne devrait critiquer les gouts des autres c'est revoltant de voir la mentalité des gens de nos jours, nous fans de superbus on vous emmerdes bien profondement et on continuera de faire vivre le groupe entre autre pour bien vous faire chier bande de gamins !


 
Creepie

29/07/10
Ah oui, ça continue ici aussi. Bon et bien j'avoue, il y a du progrès. C'est vrai, il y a un peu plus d'objectivité et c'est en partie la musique qui est jugée plutôt que la pauvre Jennifer Ayache qui s'en mange plein les dents. Vous me faites plaisir !

Je me permettrais juste de dire que si Nelly sonne comme un Lola 2, c'est parce qu'elle fait partie de la même histoire. Clin d'oeil quoi, mais il faut le savoir.

En tout cas oui, ça fait du bien de voir une critique un tantinet construite avec des arguments qui tiennent la route (qu'on y adhère ou pas).

Pour ce qui est du caractère commercial du groupe, sachez tout de même qu'il est possible d'être commercial & créatif en même temps. Après, visiblement, c'est pas ce qui vous branche mais vaut mieux savoir nuancer ce qu'on dit, parfois.


 
Sally

29/07/10
"On peut même dire qu'elle passe bien souvent pour une conne."
Je précise que la vidéo que vous nous avez sorti date de Wow & non de Lova Lova. D'accord, ça n'a aucun rapport, mais autant avoir une cohérence chronologique :)
Et pour l'insulte, bien, j'applaudis votre professionnalisme.
Ahlala, Superbus est un groupe commercial, OH MON DIEU ON VA TOUS MOURIR ! Vous n'avez trouvé que ça comme argument ? Excusez-moi, mais cherchez un peu des produits dérivés de Superbus. A part en concert, on n'en trouve quasiment pas. Après, qu'ils sortent plusieurs éditions du même album, je ne vois pas en quoi c'est commercial, il me semble qu'ils sont loin d'être les seuls à le faire. Et puis, d'une manière ou d'une autre, même s'ils sont commerciaux, mais qu'est-ce que ça peut faire ? Ca ne fait pas d'eux un mauvais groupe, loin de là. Argument à la con.
Allez, vous voulez que je vous raconte l'histoire de Nelly et Lola histoire de vous endormir ? Non parce qu'on dirait que vous n'avez pas bien compris. Merci à Creepie, une fois de plus, de vous avoir signalé qu'elles étaient liées.

Oh, ça alors, vous savez AUSSI dire des trucs gentils ? WAOUH, il s'en est passé des choses en deux ans.

Et pour finir, un cadeau à votre culture générale : le titre Lova Lova fait référence à Lova Moor. Vive le kitschissime !


 
Matt

29/07/10
Encore un article basé sur des critiques mais aucun argument fiable. Sérieusement, moi qui suit loin de faire des études de journaliste, j'ai plutot interet a avoir des arguments solides pour les dissertes que je rends dans mes études.
Franchement, le jour ou ce ne seront pas des mots lachés juste pour faire de la diffamation, on en rediscutera, mais ces méthodes sont vraiments des plus ridicules et vous pense faire du mal dans le fond aux "fans" du groupe, à mon avis vo faites d'abord bien rire les vrais journaliste sur la forme de vos articles ;)


 
nousdeux

30/07/10
pfff a celui qui a ecrit ca ton qi ne doit pas depasser celui d une huitre et encore ca vole bas , d ecrire des articles plus bas que terre mais franchement mets une photo de ta pouf qu on ecrive un commentaire tres poufstisque


 
KOUKOU

31/07/10
Nan mais je me marre bien là. :)
C'est marrant quand même qu'on arrive à faire remonter toutes les méchancetés que vous avez dites à la surface. :P

OK., y a deux trois trucs de sympa dans ce que vous avez écrit(pointe d'ironie dans chaque ligne...).

Mais bon, faudrait mieux arrêter les articles sur Superbus, ou alors, vous allez vous faire ravager votre (joli ? Non.) site par les fans. :D
Il va y en avoir du commentaire...


  page web

31/07/10
Au contraire, tous ces stimuli extérieurs auraient la fâcheuse tendance à me mobiliser à nouveau autour de Jennifer Ayache et ses comparses. Je pensais m'être déjà suffisamment épanché sur le sujet, mais peut être faut-il que je continue de le suivre avec attention. Il y a surement quelque chose qui m'échappe, une raison supérieure à cet engouement soudain.


 
pfff

01/08/10
franchement comme dirait grand mere vautrien


 
Koukou

01/08/10
"Je pensais m'être déjà suffisamment épanché sur le sujet, mais peut être faut-il que je continue de le suivre avec attention."

Il me semble que vous avez trouvé le moyen de nous reparler de Superbus, avant cet assaut de fans en délire, outrés par tant de "stupidité" venant de votre part...

Je pense que malgré tout, vous alliez nous en reparler avant Septembre. Sans doute y a t-il une raison...

Et, si ce n'est trop demandé, j'aimerais savoir combien de personnes sont inscrites à votre site. Merci d'avance.


  page web

02/08/10
Koukou > Oui c'est vrai, je venais tout juste d'en reparler avant votre présente intervention. Je suis un fieffé coquin. Mais j'étais encore loin de l'idée de refaire un article entier, c'est du boulot quand même. Peut être que, du coup, il y a des voies à explorer du coté de sujets comme "les raisons qui expliquent que les fans se sentent attaqués dans leur intégrité au moindre commentaire sur l'objet de leur idolâtrie" ou alors "les raisons inconscientes qui expliquent que le mot pouf suscite tant d'indignation"... faut voir mais j'ai la flemme là en fait, sans parler que j'ai malgré tout un nombre fous d'autres projets qui n'impliquent pas nécessairement Superbus.

Quand au nombre d'inscrits sur ce site, il y en a 7894561230... ah non ca c'est les touches de mon pavé numerique, hilarant non ? Il faut bien détendre l'atmosphère, je vous sens un peu crispé.


 
Koukou

02/08/10
Faites donc les articles que vous désirez, je nous vous y empêche pas.
Peut-être que vous deux idées sont à exploiter, mais le résultat sera sans doute...
Quand à vos projets fous, j'ai aussi hâte de voir le résultat.

Et une petit chose : "ah non ca c'est les touches de mon pavé numerique, hilarant non ?" Non.
J'immagine que vous ne dépassez pas la barre de 50 inscrits, c'est ça ?


 
Koukou

02/08/10
Il faut que j'apprenne à me relire. :)

Ne vous*
Vos deux*


 
lilou7426

02/08/10
Je trouve ça inadmissible De critiquer Superbus d'une Façon Aussi méchante c'est dégueu


 
superbus00

24/04/11
jennyfer ayache n est pas une pouf et je trouve sa horrible de critiquer comme ca les gens les paroles de leurs chansons sont supers et si ils ne sont pas content ils n ont cas pas ecouter Superbus c'est facile de dire des mechancetes


 
I_am_I

25/04/11
J'ai remarqué qui y'en a qui triquitent Jennifer Ayache. Moi je vous dis, si aimez pas Jennifer Ayache, vous avez qu'à pas l'écouter. Mais arrêtez de triquiter pour un oui pour un non. Pourquoi que vous vous en faisez pas des chansons à la place de triquiter tout le monde. C'est facile de triquiter tout le monde. Vous êtes déja pas capables de vous occuper de vous alors pourquoi vous triquitez les autres. Faut les laisser faire, hein. Si ils font de la musique, c'est parcequ'ils aiment ça. Deuxièmement, peut-être c'est leur passion. Et pis deuxièmement, si ils aiment bien faire ça, pourquoi pas. Ils font des chansons, parce que ils aiment bien. Ils aiment bien que les gens y écoutent; et pis qu'àprès y répond à tes questions. Moi j'suis désolé c'est comme ça c'est pas autrement. Allez, à +++++++++!


  page web

25/04/11
Si après ça, y'en a encore qui osent triquiter Jennifer Ayache, je sais plus quoi penser.


 
Koukou (me revoilà...)

10/08/11
C'est sur que le côté argumentatif n'est pas son fort.

N'empêche que vous maitrisez toujours autant l'art de la connerie et du mauvais goût en matière de critique, depuis le temps.


  page web

12/08/11
Merci, merci.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *