Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Avatar : Un MMORPG grandeur nature au cinéma

Avatar sur ton téléphone, avatar dans ton verre, avatar sur ...
* Tous les articles *

Justice

Les deux cocos de Justice, Xavier De Rosnay et Gaspard Auge,...
* Tous les gens *
  It's evolution baby ! 14 
Dans la foulée de la chronique "Vive la vie", j'ai réfléchi aux thématiques à côté desquelles un site intitulé "Monde de Merde" ne peut passer. Le visiteur lambda tapant "merde" dans son moteur de recherche n'est en effet point innocent et ma profonde mansuétude me tend à vouloir lui donner entière satisfaction. Tout en veillant à ne pas tomber dans la caricature bien entendu. Un peu de finesse s'il vous plait.

La chronique de "Vive la vie" sur "Monde de merde", il fallait le faire. Ca c'est fait. J'ai pensé à un autre thème qui trouverait naturellement sa place dans ces colonnes. Douglas Adams parlait de la vie, l'univers et le reste. Moi je vous parle de la vie, de ce monde de merde et de l'évolution. C'est donc de l'évolution que nous allons parler présentement car cela conclut le triangle cosmique de l'ordre des choses.



Voilà un concept bien vague que l'évolution lorsqu'il est balancé comme ça à froid. C'est là que je fais intervenir le clip de Pearl Jam Do the Evolution (album Yield, 1998) qui est la quintessence de la représentation de l'évolution.

Il résume ce que bien des discours de vulgarisation auraient du mal à faire ressortir en quelques minutes :

Déploiement de l'univers, apparition de la vie et processus biologiques, écosystème, représentation des sociétés, sciences humaines, technologies, idéologies, industrialisation, développement personnel, travail, capitalisme, violence, génocides, rituels, rapports de hiérarchie, politique, justice, sexe, maladie, religion, guerre, ségrégation, extrémismes, voracité, mise au pas de la nature, urbanisation, instrumentalisation de la vie, informatisation... toute l'évolution et plus spécifiquement l'évolution des sociétés humaines sont réunies ici et se terminent dans une gigantesque apocalypse.

Apocalypse qui est en fait... le retour aux sources. L'image de la cellule du début du clip passe en surimpression de la planète détruite à la fin. Comme quoi la vie ne serait qu'un éternel recommencement...

C'est d'une beauté expressionniste assez sublime. Seul l'interlude de la petite fille gambadant dans les champs sur les paroles "Alluelia alleluia" du chanteur semble indiquer un répit dans cette course infernale. Et pourtant non, putain, même pas : même cette greluche qu'on pourrait bien vite croire pure et innocente, comme nous l'inspire les images et la musique, est une tueuse. Elle écrase les fourmis. Elle écrase la vie. Tout comme les soldats dans les tranchées dans les secondes suivantes. Voilà un enchainement lourd de significations.

Un ange de la mort hante le clip. Comme une sorte de dieu sauce manga qui représenterait les grands délires émotionnels humains, de la volonté de domination à l'amour, cette succube représente à la fois la vie et la mort. A ce titre, elle se cape d'une jolie tête de mort très seyante par moments. C'est ainsi que c'est dans la prunelle de ses yeux que s'achève l'anéantissement de la planète (c'est beau ce que je dis).

Voilà donc ce qui constituerait la mythologie version Pearl Jam. C'est une mythologie assez rock & roll, comme en témoigne l'hystérie sur le petit solo de guitare (au bout d'1 minute et quelques du clip) et c'est bien cela qui fait tout la force évocatoire de ce clip : il nous rappelle à chaque instant la folie des hommes (petit extrait audio). C'est comme un hurlement à la lune de 4 minutes, un embrasement crescendo, une défiance à toute les turpitudes humaines passées en revue.

Côté texte, on retrouvera des paroles qui, outre les références à l'évolution, rappelleront les grands moments de l'homme pressé de Noir Désir.

Bref c'est du grand art.



Puisqu'on est sur l'évolution, sortons un autre clip de derrière les fagots. Dans une veine assez similaire mais avec une approche différente, voici celui de Korn :

Ici, le titre est appelé plus sobrement Evolution (album Untitled, 2007) et se cantonne plus essentiellement au développement humain. La conclusion est assez similaire dans le sens où l'être humain est présenté comme la vérole qui attaque la planète (monde de merde...). On remarquera aussi que les différents aspects des sociétés humaines sont aussi représentées chez Korn mais, au lieu d'être imagés, ils sont personnifiés : la religion par le curé, la science par les scientifiques, l'industrie par un texan...

A la différence de Pearl Jam, le discours est ici plus morbide et plus nihiliste (assez cohérent venant de la part de Korn). Il ne décrit pas la montée en puissance façon Pearl Jam. Pas de folle poursuite en avant, pas de course technologique. Ici, l'être humain s'est contenté d'essayer de se mettre debout, puis ça n'a pas duré, il s'est vite rabougri à nouveau. Même le singe est tout aussi doué.

Alors que chez Pearl Jam le quotient intellectuel de l'être humain lui permet de tout asservir et de faire des folies disproportionnées, il ne sert ici qu'à masquer des comportements aussi bestiaux que les espèces animales (cela dit... les deux postulats ne sont pas totalement incompatibles). Chez Korn, Les hommes sont considérés comme n'importe quel singe (comme ce cher Georges W.). La scène des intervenants hypnotisés par l'argent qui est jeté dans la salle de conférence rappelle terriblement les poissons dans un aquarium dans lequel on aurait jeté un peu de nourriture. Cela nous renvoie à une actualité insolite récente : les conséquences du jet de billets de banque sur l'autoroute.

En fait, l'homme est présenté comme un animal qui se renie. Lorsque la bimbo présente la banane et l'argent au singe, tout le monde se félicite que le singe choisisse la banane. L'homme aurait bien entendu choisi l'argent ; ce qui en ferait soit disant sa supériorité. Sauf que l'argent ne sert techniquement à rien pour le singe puisque sa valeur n'est que ce que l'homme en a décidé lui même avec ses congénères (remarque, le singe aurait pu se faire passer pour un être humain, prendre l'argent et aller acheter des bananes... mais bon).

A la fin, le dossier du déclin de l'espèce humaine est "rejeté" alors même que tout le clip s'acharne à démontrer le contraire. Cela serait comme pour dire que l'humanité a beau aller droit dans le mur, elle n'en ouvre pas les yeux pour autant si tant est qu'on lui adresse une habile démonstration de marketing (la bimbo numéro 2 qui retourne le tableau notamment...). Ca fait réfléchir.

Il est à noter un parallèle malicieux avec le clip de Pearl Jam. Là où chez ces derniers l'évolution humaine se termine dans les yeux de la prêtresse de la mort, elle finit dans les yeux du singe chez Korn ; ce qui synthétise chacune des deux visions assez puissamment.


It's the evolution baby !
Kylord @ 11/04/09
 
  page web

14/04/09
Sacrebleu, c'est limite philosophique comme dossier. Moi ça me laisse tout chose.


 
Kyp

14/04/09
A bah on constate que t'as du temps libre pour activer tes méninges ;)
Sinon 2 clips que j'adore !
monde de merde


  page web

15/04/09
je confirme


 
cereal politic

14/05/09
Ouiiin ! C'est malin je suis demoralisé... Vite un remontant ! http://www.youtube.com/watch?v=oADfmYQWmW8


  page web

14/05/09
voilà une théorie de l'évolution bien discutable (particulièrement quand la grenouille se transforme en haricot géant)


 
cereal politic

15/05/09
En fait , je cherchais une video edifiante sur un musée creationiste aux us.Surprise ! impossible de mettre la main sur la moindre video sur ce thème en francais...Quelqu'un (big brother surement !)a fait le menage...


 
cereal politic

15/05/09
http://www.youtube.com/watch?v=nSNQoPJ9B2Q&feature=related en voila une approchante...Moins gratinée que celle que je recherchais , mais...


  page web

15/05/09
haha c'est déjà assez fort en chocolat. J'aime beaucoup le ton du journaliste : on est toujours dans l'ambiguïté entre savoir s'il relate les faits tels qu'ils sont donnés par le musée ou s'il caricature un poil une pensée déjà bien crétinisée.


 
cereal politic

15/05/09
Une fois decontextualisé , le discours scientifique ressemble beaucoup a la religion , je ne m'etendrai pas sur les utilisations que l'ideologie nazie a produite via le Darwinisme (la race ,les "bons aryens" ), mais il faut bien reconnaitre que nous avançons tous avec nos croyances , nos conceptions.A l'environnement naturel s'est substitué un environnement social ,culturel, cultuel auquel il est difficile d'echapper :si le singe prend la banane , c'est bien parce que sa rationnalité est différente de l'humain pour qui l'argent est un symbole signifiant, qui lui permet (si on en croit Marx )de differer sa satisfaction et d'augmenter ,par l'accumulation, la portée de celle-ci.De ce point de vue l'argent est bien le symbole du pouvoir et il entraine nécessairement deux conceptions societales humaines : le capitalisme et le communisme , deux conceptions opposées qui s'affrontent et qui s'influencent mutuellement.En poussant le raisonnement au bout, ces deux systemes de domination sociale se rejoignent : apres toutes les fusions/acquisitions le capitalisme-dont l'ideologie se rend attrayante par une hypothetique concurence qui symbolise une baisse des prix presentée comme benefique pour l'interet general-aboutit pourtant a une situation de monopole proche de celle du communisme , qui confie a l'etat le niveau des prix , la regulation du marché dans l'objectif hypothetique de la satisfaction des masses populaires et donc de l'intéret general.Si les ideologies sont différentes , le resultat ne l'est pas autant.Comme le disait Durkheim :"l'etre humain est un animal social". La conception de l'evolution que nous avons depend , en premier lieu de nos conceptions actuelles et c'est par le discours de l'actualite que se fonde l'histoire ,ce qui explique sa constante evolution.Ainsi , la vision de l'homme prehistorique tuant le singe , puis se faisant degommer a son tour pour finir par se transformer en businessman suicidaire est une vision ideologique qui ne correspond en rien a une realité qui correspondrait a la nature humaine.C'est a peu pres aussi con que de dire "les dinosaures dominaient la terre"...Ils etaient là , c'est tout puiqu'il y a des traces de leur existence , mais de là a leur donner un role social de domination...Il s'agit la d'une conception humaine actuelle.L'argent , la monnaie par ses cadres ideologiques , sont une contrainte une prison pour l'esprit et nous vivons actuellement une periode de changement d'influence et de pouvoir qui va sans doute se traduire par des changements monnaitaires (l'existence du dollar et de l'euro est sujette a caution, a cause d'une crise que les institutions monétaires ont elles-mème elaborée ).Bref si l'argent oblige a rendre des comptes ,je préfère croire a "rien ne se perd , rien ne se gagne , tout se transforme"...En haricot magique !C'etait la vengeance du commentateur kilometrique masqué, en direct de l'utopie rationnelle , et maintenant une page musicale : http://www.dailymotion.com/video/x5rf5e_jacques-higelin-crocodail_music


  page web

15/05/09
jolie performance kilométrique...

mais si tu veux mon opinion, c'est ton interprétation que l'homme business man suicidaire est la suite de l'évolution dans le clip (entre les hommes préhistoriques et les business man, la succube et le croisé sont passés par là).

On pourrait tout aussi bien interpréter ces mecs en costard qui chutent du haut d'une tour comme une métaphore de l'évolution (collectivement de l'espèce) et de la condition éphémère de l'être humain (individuelle). Elles sont toutes deux consacrées à aller le plus haut et le plus loin possible pour ensuite s'écraser d'autant plus fort. "Plus dure sera la chute", disait Lofofora (entre autres, mais ca faisait longtemps que je les avais pas cité).

Pourquoi ne serait ce pas conforme à la nature humaine ? Pourquoi pas, répondrais-je.

Quant à dévaloriser la pensée scientifique sous prétexte qu'elle ne vaut rien une fois décontextualisée, là aussi je discute (la preuve) : toute l'affaire de la science est histoire de contexte (et c'est pas Einstein qui va me contredire). La décontextualiser, c'est la dénaturer.

Et puis, tout compte fait, je sais pas pourquoi, mais je préfère croire en l'existence d'un patrimoine génétique qui évolue par mutations successives plutôt qu'à l'apparition de dinosaures par l'opération du saint esprit.

Il est vrai qu'au sujet de l 'origine de toute chose, on peut discuter : "pourquoi quelque chose plutot que rien ?", nous dit-on. Avant le big bang, scientifiques et créationnistes sont bien obligés de se retrouver à pied d'égalité.

Quant tu parles d'utopie rationnelle, tu dois parler du discours scientifique, non ? :)


 
cereal politic

16/05/09
Whahaha ! Tu ne m'avais pas menti pour les mouches !Mais que les choses soient bien claires : je suis athée et fier de l'etre ! Je dis simplement que la parole scientifique est utilisée par ceux qui detiennent le pouvoir et les medias et qu'a partir de ce postulat , elle a le mème poids que la parole religieuse , pour ma part c'est comme ça que j'arrive a comprendre comment des gens sensés arrivent a croire qu'un type peut avoir un niveau de flottabilité qui se situe au niveau des orteils...Je suis toujours surpris de voir comment par exemple les paleontologues sont rémunérés en fonction de leurs decouvertes: pour les valoriser ,ils doivent convaincre qu'il s'agit d'un chainon manquant dans l'evolution ou d'une etape decisive dans la conception que l'humain peut se faire de l'evolution ; s'ils y parviennent ils touchent des subsides pour lancer d'autres recherches. Cette organisation n'a rien de scientifique et fait progresser la publicité plus que leur domaine de compétences.Car il n'y a pas de moyens (genre machine a remonter le temps )pour verifier. Le discours scientifique represente une verité a un temps "T" et a un endroit donné et doit etre remis en question immediatement. Il est tres limité , alors que la science est presentée comme une oeuvre universalisante qu'il ne faut pas remettre en question.Les domaines qui echappent a la perception de l'animal humain sont nombreux . On commence par la terre est ronde puis on va sur la lune...Mais je trouve que ceux qui ne croient pas que l'homme soit allé sur la lune ont une demarche scientifique ,eux aussi , car les seules preuves que l'on a de ce pretendu exploit, par exemple, sont des films , sujets a caution il n'y a pas de preuves materielles (ça ressemble pas mal au discours des apotres ,de ce point de vue). Je suppose que tu as deja vu les analyses des films de la nasa sur le net qui soulignent que le LEM qui atter...qui alunit a l'aide de son reacteur et se pose sur un sol farineux n'est souillé d'aucune particule de poussiere visible , que le rayonnement cosmique qui met regulierement hors d'usage les satellites a l'orbite la plus proche de la limite du champ magnetique terrestre n'a pas affecté les astronautes qui ont voyagé dans une capsule dotée de hublots et d'une epaisseur de quelques centimetres d'alliages , alors que les russes avaient calculé qu'il fallait un blindage d'au moins deux metres d'epaisseur pour mettre a l'abri des etre vivants (pourquoi n'a t'on pas envoyé le moindre animal hors du champ magnetique terrestre avant d'y expedier des etres humains ?) ect,ect...Cet exploit scientifique ne resiste pas bien longtemps a...Un examen scientifique.Surtout si l'on prend en compte le contexte politique dans lequel il a été realisé. On en a pas grand chose a faire que certains soient allés ou pas sur la lune...Et on ne peut pas verifier. Par contre l'utilisation de cet evenement a compté dans la societé des hommes.Il s'agit bien de CROYANCE...Et de contexte.L'evolution est donc une conception humaine qui peut etre remise en cause , comme le PROGRES qui est un pur paradygme et qui n'est pas unilateral et sans consequence pour l'environnement. Ies ogms , par exemple sont soumis au principe de precaution.Pour contourner ce dernier les ingenieurs , au lieu de trafiquer manuellement l'adn des plantes , utilisent des plants qu'ils "stressent" (exposition a des produits chimiques , bombardements de radiations ect...) de façon a provoquer des mutations. Puis ils repèrent celles qui les interessent et les utilisent et ces mutations sont presenté comme "naturelles" puisqu'obtenues sans intervention directe.Cela permet de contourner la legislation et de faire croire que le principe de precaution est efficace : il ne s'agit plus d'ogm.La science s'applique de plus en plus aux obstacles sociaux plus qu'a la connaissance proprement dite.Elle a perdu son universalité dans le sens ou elle ne sert que les intérets de ceux qui lui permettent de se developper.J'adore le clip de pearl jam et je le trouve pertinent dans sa realisation, mais de la a en faire une illustration de l'evolution , consequence inevitable d'une nature humaine predatrice , c'est trop dur...Il ne faut pas oublier que si la société dominante actuelle a effectivement eliminé toutes les autres , il y a eu et il y a encore (un peu) des organisations sociales animistes par exemple qui allient connaissance et croyances pour vivre sereinement...(t'as deja vu les dieux sont tombés sur la téte ?) Et l'espoir, merde !hein ? Non , ce n'est pas scientifique...


  page web

16/05/09
Je ne mens jamais et tout particulièrement au sujet des mouches. Et si tu crois me noyer sous tes kilomètres de mots, c'est bien mal connaitre l'opiniatreté de l'inspecteur derrick.

L'espoir ? on est pas à l'abri de déterminer les molécules qui en sont responsables ainsi que les circuits et neuro machins qui le générent (c'est pas déjà fait ?)

Quant aux astronautes qui débarquent sur la lune, ce que tu abordes là, c'est plutôt un fait comme un autre dont les preuves de l'existence sont discutées. Pas tellement la teneur du discours scientifique en relation.

Certes, d'un point de vue philosophique, on peut dire que le discours scientifique est une croyance : la croyance en la validité de nos perceptions humaines. Car la base du discours scientifique, c'est l'expérience. A partir du moment où je crois en mes perceptions, qu'un autre être humain possède les mêmes, qu'à l'aide de ses perceptions, de l'exercice de ces perceptions et de ses expériences sur l'environnement, il a obtenu des résultats qu'il a consigné, je choisis en effet de "croire" en ces résultats. Mais ce n'est pas une foi aveugle, bien entendu.

De l'autre côté, le discours créationniste repose sur de la pure supposition : le poids de la croyance est beaucoup plus lourd car plus souhaité qu'accepté bon gré mal gré.

Pour le clip de Pearl Jam, il présente en effet une nature humaine à la fois prédatrice et auto destructrice sur le long terme. C'est en effet une magnifique illustration de cette vision des choses mais je ne dis pas que c'est l'illustration de la réalité telle qu'elle est.

Cela dit, à l'inverse, je ne vais pas non plus exclure que cette vision des choses constitue une composante de la réalité.

Au final, je trouve de toute façon que les choses sont d'autant plus belles si elles sont inscrites dans une réalité dure mais sublimée plutôt qu'enjolivées dans des esprits déconnectés et réfugiés dans un imaginaire tronqué (quelque part, ces esprits ont perdu la bataille). Oui, tout cela ressemble au fameux débat pillule bleue-pillule rouge.


 
cereal politic

17/05/09
Ha oui ,mais non.Quand tu actionnes ta telecommande de television ta perception humaine ne perçoit que l'invisibilité des ondes , ce qui conduisait au moment de l'inquisition a une combustion immediate , (ce qui explique historiquement pourquoi la zapette a été mise au point de nos jours...).Nos sens sont limités (et toute personne ayant consommé de la drogue pourra te le confirmer) , pourtant ,paradoxalement, grace -entre autres- aux mathematiques l'etre humain a une approche theorique illimitée (bien que chuck Norris ait deja compté jusqu'a l'infini...Deux fois ).La science repose sur l'experience, mais la capacité de l'etre humain de retenir l'histoire fait que les avancées scientifiques se basent sur la consignation ,plus ou moins exacte ,de vies entieres tournées vers la connaissance et de ce fait depassent la simple conception individuelle.De ce fait la transmission des connaissances est forcément decontextualisée : on apprend que l'eau bout a 100 degres mais beaucoup moins de personnes savent qu'a 4000 metres d'altitude , l'ebullition est atteinte aux alentours de 96 degres , suivant les conditions de pressions atmosphériques.D'autre part les perceptions ne sont pas toutes identiques entre individus (si tu es rouge de colère , un daltonien te percevra comme vert de rage ).Dans notre societe post industrielle il y a une confusion systematique entre science et technologie (« le nom que prend la science quand elle a pour objet les produits et les procédés de l'industrie humaine »). L'etre humain moderne est esclave de la technologie et pour t'en convaincre -et puisque tu aimes les experiences- je te suggère de te mettre a poil et d'essayer de survivre dans la cambrousse sans le moindre opinel.Tu verras alors que la conception du moindre arc ou flèche relève d'un savoir scientifique certain (essais- erreurs), sans parler de savoir ce qui est commestible ou de medication par les plantes (tu peux me faire confiance , je t'ecris d'ailleurs avec un ordi contruit en bois de hetre avec une disque dur en granit , et connection wifi en cristal de quartz ).De ce point de vue , les sociétés traditionelles sont loin d'etre inférieures a la notre , car si tout le monde actuellement peut utiliser ne serait-ce qu'une auto , peu de personnes savent se depanner et encore moins se représentent la somme d'exploitation qui est comprise dans cet objet usuel (en travail et exploitation de matieres premieres dont le mauvais coté n'est tout simplement pas considere : c'est ce qui permet a l'idée de progres d'etre facilement acceptée).La conception de l'evolution est donc ethnocentrée et s'attache ,par de multiples moyens de propagande (l'envoi de couillons sur la lune est fait pour montrer une superiorité technologique , ce qui ne signifie pas que nous ayons la connaissance scientifique pour le faire) a demontrer qu'elle est unique et incontournable.Je dirais mème que la science de la propagande est celle qui est la plus elaborée dans notre societé et j'ai toujours raison (mème quand j'ai tort , j'ai mes raisons ).Dans "le meilleurs des mondes" , huxley envisageait deja une société sous soma ,a l'imaginaire tronqué qui etait une dure realité pour tous les individus la peuplant.Il suffit de pousser la pilule un peu plus loin...C'etait la vengeance absoluement inutile du commentateur kilometrique masqué, en direct de l'utopie rationnelle . I'll be back (c'est une menace...)


  page web

22/05/09
Joli discours qu'il m'a fallu un certain temps pour assimiler dans toute sa dimension kilométrique et ce pont de l'ascension est tout trouvé pour méditer là dessus. Quelques remarques donc :

-le coup de la télécommande : je ne perçois pas les ondes (c'est à dire le canal), mais je perçois les causes (mon acte) et les résultats provoqués (la télé est allumée et horreur je regarde TF1). De là, je peux appliquer la méthode empirique : si je suis capable de reproduire mon expérience dans les mêmes conditions, alors je peux théoriser mes résultats (il n'y a pas que la méthode de la propagande qui a progressé, celle de la méthode scientifique aussi, amen). Beaucoup des découvertes modernes se passent sur ce principe en fait.

- pourquoi tu t'acharnes, cher politicard céréalier, à vouloir dire que les avancées scientifiques sont "décontextualisées" ? Je ne suis pas exactement d'accord : ce n'est pas parce qu'on ne s'amuse pas à réinventer l'eau chaude à chaque fois que cela décontextualise notre progrès technique. Finalement on modélise par la consignation nos résultats passés et on détermine les postulats de l'expérience présente : c'est le fameux "admettons". Aaah les fameuses démonstrations du collège : "je sais que..." , "or, d'après la règle...." , "Alors..." , "donc AB est une droite" (tout ça pour ça). Et heureusement qu'on refait pas ces démonstrations à chaque fois. Cela dit, on est bien d'accord que ceux qui ne se contentent que de l'apprentissage factuel des résultats passés sans intégrer un tant soit peu les démarches qui ont poussés à les trouver seront plus démunis que ceux qui l'auront fait (un beau lieu commun que voilà).

- je n'ai jamais trop aimé comparer les sociétés par niveau en stipulant que l'une était inférieure à l'autre etc. Cela étant dit, les sociétés traditionnelles (encore que ca dépend desquelles on parle) ont une lacune par rapport à notre société moderne (même si comme tu dis, si on prend les individus de ces sociétés à part entière, ils se valent totalement) : la méthode, justement. Le fait de consigner, le fait d'avoir suivi une instruction amenant à l'analyse et la synthèse, bref toutes ces conneries de la culture et de la connaissance, font que * théoriquement *, on puisse s'adapter plus facilement qu'une autre personne n'ayant pas ce bagage ou ne l'ayant en tout cas pas autant structuré. Enfin quoique, je suis même pas sûr d'être tout à fait d'accord avec moi même sur ce sujet, étant donné la part d'irrationnel qui vient faire la fête là dedans.

- pour l'être humain esclave de la technologie, c'est bien le deuxième thème de matrix que nous avons là (pas besoin de m'en convaincre). Mais ne sommes nous pas d'abord esclave de l'environnement avant d'être esclave de la technologie que nous avons construite pour faire le contrepoids au pouvoir de l'environnement ?

- Concernant "le meilleur des mondes", je ne l'ai pas lu (ouuuuuuh.... faut que je corrige ça à l'occasion, histoire de faire progresser ma science de la propagande hehehe). Cela étant dit, si je ne m'abuse, c'est un peu l'histoire d'Equilibrium (peut etre avec un peu moins de coup de pied dans la gueule...). C'est vrai que ça recoupe à la fois la dure réalité et l'imaginaire tronqué ; d'où la perspective calamiteuse que ça donne car on a même pas le choix entre l'illusion d'une réalité enjolivée ou un esprit qui puisse s'évader et se sublimer : aucune de ces deux options n'est possible.

Voilà, voilà... je m'arrête là car il faut aussi que je pense à répondre à mes obligations de consommation envers la société qui me les a inculquées.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :


Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *