Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Suicide d'une chronique annoncée

Suivre l’actualité quotidienne au petit bonheur la chance, ê...
* Tous les articles *

Trust

Repense à toutes leurs années de service : impossible d'arrê...
* Tous les gens *
  Vitalic c'est chic 8 

Terminateur Benelux
Second Lives
Station Mir 2009
See The Sea (Red)

Clips

Your Disco Song



Poison Lips

L'hiver arrive, les virus sévissent, il faut du vitalic ! Nan bon ok, cette accroche est nulle. Bien entendu, Vitalic n'est pas un produit pharmaceutique permettant aux labo de se faire un max de fric sur nos corps fragiles (le marché est quand même déjà bien chargé). C'est en réalité de l'électro bien décadente comme il faut. Encore que. Voilà que le nouvel opus nuance la donne.


Oui, je le déclare ici même devant vous : l'album sur lequel j'ai une abondante envie de m'épancher, Flashmob, le successeur de OK Cowboy (du tegzas), marque une évolution dans l'électro de Vitalic. Les psychoses hypnotiques propres à La Rock 01 ou les parties de poney (oui oui rappelez vous, les deux morceaux de ponay) ont laissé place à des morceaux moins entêtants et plus légers. Vitalic sévit désormais moins dans la transe et va même sur du disco-danse comme sur Terminateur Benelux. On dirait presque du Chemical Brothers. On a aussi du tout gentil comme One Above One où la voix domine l'instru (!).


Mais pas de panique : Vitalic garde cette marque particulière qui est de mêler sonorités simples et coquettes avec du gros son bien lourd (Station Mir 2009 l'illustre bien). L'aspect décadent de la démarche est préservé. L'accent a été davantage porté sur le cosmique planant que la transe extatique, voilà tout. Typiquement, on ne retrouve pas du bien méchant comme l'était My Friend Dario (qui se la racontait pas mal dans le premier album faut bien le dire).


De l'autre côté, il y a cependant des trouvailles propres à Flashmob dont une que je trouve finement utilisée et dont je m'étonne qu'elle ne soit pas reprise davantage chez d'autres. Il s'agit de l'utilisation de la voix, non pas pour le chant, ni même le phrasé, mais juste pour en extraire les intonations ; ce qui donne une ambiance très stylée aux morceaux. C'est d'autant plus vrai que la signification est rendu imperceptible par le travail du mix.


Le morceau qui l'illustre le plus magnifiquement est le single Poison Lips dans lequel le chant diffus reste incompréhensible si ce n'est les quelques intelligibles "Poisons Lips" entonnés. Voilà assurément une bien belle représentation des lèvres de vipère en question. Le tout est mêlé à des phases de basses jouant un galop de choual qui créent une atmosphère très hypnotique. Sans que l'orchestration soit faramineusement complexe, ce morceau est vraiment bien foutu. Il amène rapidement l'auditeur à une aspiration profonde vers la décadence ; gage de la totale réussite de l'entreprise artistique.


Le Vitalic nouveau est aussi plus mystérieux. Les clips auparavant étaient franchement racoleurs : des quaterbacks qui dansaient en slip ou - pire encore ! - des animaux filmés en grand angle. Là, on avait atteint le sommet du coup pernicieux. Parce que c'est vraiment trop facile de sortir des animaux en grand angle à la moindre occasion pour rameuter le chalant. Quoiqu'il en soit, ce temps est révolu. Place désormais aux femmes tourmentées qui errent dans les rues en se barbouillant de rouge à lèvre ou qui vont se refaire les seins avec des paillettes discos. J'espère bien qu'on aura droit à un troisième clip tout aussi onirique.


Mais revenons à l'album. Flashmob est définitivement une nouvelle couleur de Vitalic. Parmi les influences, on pourrait même imaginer que Air soit passé sur quelques morceaux. Le See The Sea en version Blue y fait penser furieusement. Cela dit, la version Red reste fidèle au Vitalic historique. Le DJ s'est sans doute aussi appuyé sur le travail de Katy Perry. Sisi, j'en veux pour preuve le thème du rouge à lèvres de Poison Lips qui s'est largement inspiré de l'expertise de Katy, et les sons de machine à sous dans Your Disco Song qui rappellent étrangement Wake Up in Vegas et les paillettes de son interprête... Pascal a tout piqué à Katy, c'est clair, sauf peut être le style vestimentaire (on voit bien que je cherche à générer du clic sur Katy Perry, c'est bon ?). Vitalic cède même à la tendance branchouillarde de l'électro qui est d'appeler ses morceaux avec des noms de people ringards. Le cas en question est Allan Dellon (à prononcer à l'américaine je présume) qui s'affilie au Vitalic nouvelle vague.


Mais que ces errements critiques ne donnent pas une mauvaise idée du médicament Vitalic. La préconisation de MdM pour cet hiver est formelle : prends des vitamines et vis ta vie sous Vitalic. De toute façon, je ne me fais pas de souci pour tous les malades de France (et dieu sait qu'ils sont nombreux) : Vitalic a déjà remplacé les Air et autre Justice dans les fonds sonores des chroniques et reportages télé qui veulent paraître dans le coup. Peut être même que toi, lecteur, tu as déjà écouté du Vitalic sans le savoir.
Kylord @ 30/10/09
 
  page web

30/10/09
Preum's !
Ouah comment je vous ai tous ni..., ça fait super longtemps que j'avais envie de faire un coup comme ça ! A peine publié, même pas lu et pourtant déjà commenté, comme chez les grands !

Bon ok, je vais d'abord lire l'article et je reviens. Peut-être.


  page web

30/10/09
Preum's !
Ouah comment je vous ai tous ni..., ça fait super longtemps que j'avais envie de faire un coup comme ça ! A peine publié, même pas lu et pourtant déjà commenté, comme chez les grands !

Bon ok, je vais d'abord lire l'article et je reviens. Peut-être.


  page web

30/10/09
Tellement rapide que t'as doublé. Du coup, y'en a un qui ment. Comme dirait Kamini, t'as bien l'air con !

Mais c'est vrai que ça manquait presque le coup du preums. Il reste plus qu'à disséminer quelques pertinent "+1" et autres joyeux trolls. En fait je sais pas trop si c'est bien d'être comme chez les grands (un nouveau slogan à envisager peut etre : MdM, petit mais costaud quand meme !)


 
Fried
page web

06/11/09
Tiens, c'est vrai que j'ai toujours rêvé de faire ça :

PREUM'S !

Quel pied, les enfants, quel pied.


  page web

06/11/09
Hum... on dirait que j'ai oublié de me connecter...

Bon bah :

PREUM'S bis !


  page web

07/11/09
non mais ça va pas du tout là les enfants, on peut pas être plusieurs preum's, ça veut rien dire !


  page web

07/11/09
T'as bien raison, le seul preum's c'est moi, ET PIS C'EST TOUT !


 
adam devitalicsée

09/11/09
On cesse toujours d'être le numéro 1 mais on ne cesse jamais d'avoir été le premier.Cette musique me tape sur le nerf ...C'est dire mon indifférence.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *