Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Programme - Mon cerveau dans ma bouche

Début du programme. Mon cerveau dans ma bouche, c'est une...
* Tous les articles *

Queens of the Stone Age

Ces rockeurs stylés comme en témoigne cette joulie photo dan...
* Tous les gens *
  De la belle musique de tueur 0 
Un article pour la Saint Valentin ? Ça serait bien le premier. Oserait on surfer sur le merchandising de l'amour sur mondedemerde.net ? Mais non, pas de panique. Comme à l'accoutumée je vais vous proposer une chronique aux motivations obscures et à la direction hasardeuse. Je sens bien que je vous perds ces temps-ci chers lecteurs complices (vous avez une petite mine, vous m'avez l'air un peu abattus) mais, tant pis, je persiste. C'est ça aussi le journalisme total.

Cela dit, le premier alter-mondialiste venu aura tôt fait de remarquer que, à partir du moment où j'évoque la Saint Valentin, j'ai déjà perdu la bataille contre le capitalisme de marché récupérateur de toute chose puisqu'il suffit de mentionner la moindre célébration mercantile pour que le monstre puisse grossir toujours et encore. N'y a-t-il pas toujours des marques qui font leur com' sur l'alternative et la dérision sur l'événement ?

Enfin, dans le fond, je m'en contrefous de tout ça. Le train du marketing et de la publicité roule sur les rails de mon indifférence (contrairement à l'alter qui va passer son temps à glorifier son ennemi par son adversité persistante). Donc c'est moi qui gagne finalement, tralalère.

Bref ! Il n'empêche qu'il s'agit de chroniquer aujourd'hui un album qui va complètement à contre courant de la Saint Valentin. L'œuvre en question date de 1999 et a été composée par le groupe Tue-Loup dont les membres, à ma connaissance, ne sont pas chasseurs et n'ont rien contre Ladyhawke (ceux qui ont compris cette référence sont super balaises). Peut être ont-ils plutôt l'ambition démesurée de faire taire le loup qui est tapis en chacun de nous par la grâce de leur musique... ohoh...

Parlons donc de La Belle Inutile car ainsi s'intitule l'œuvre. Belle, oui. Inutile, rien n'est moins sûr. Bon, en fait, c'est d'abord le nom d'un hameau de la Sarthe. Mais comme je l'ai lu distraitement sur l'internet des jeunes il y a peu, "on n'y revient bien trop souvent pour que cela soit par hasard" (l'album, pas le hameau). La formule est très juste et je m'en va vous expliquer pourquoi. C'est en effet un rock construit autour de rythmes apaisants ou languissants, qui ne crient gare, mais qui sont habillés de guitares pénétrantes et d'un chant lourd de significations, sardonique au possible. Plus on y revient, plus on écoute, plus on saisit la densité de chaque temps, de chaque reprise.

Le premier morceau, La Purge, en dit long. Il s'agit pour le chanteur de "purger toute cette connerie". Tout cela s'annonce comme un avertissement en avant-garde des morceaux suivants qui vont partir de plus en plus en exploration des coins obscurs de l'âme. C'est à dire que le chanteur s'annonce déjà comme un porc dans une histoire de ménage à trois.

Mais voilà que l'ambiance de l'album m'habite à nouveau et je suis épris par son atmosphère. Oh lassitude, je m'enterre dans ton royaume. Je suis las comme cet album, mais d'une lassitude éclairée, d'une lassitude qui m'emplit de lucidité (qu'est ce qu'on ferait pas pour justifier le plaisir de l'indolence). Je m'alanguis à l'écoute des guitares car vient déjà le morceau clé du recueil : Merlin. C'est le moment de se faire les pires scélérats du monde : les marchands d'illusions. On pendra Merlin pour l'exemple. Merlin l'enchanteur, tout à fait. Vous savez quoi ? Je sens que ça sent le sapin pour lui. On va l'abattre de dos dans une forêt. Il fera moins le malin. On fera son affaire au son d'une guitare lente mais affutée et incisive. Qu'il sente bien sa douleur. On se délectera de sa souffrance en gémissant des propos incompréhensibles. Oh oui, c'est bon comme ça. On va l'abattre !

Mais tout n'est pas si facile car déjà la culpabilité ronge Tue-Loup qui, au son d'une chanson ironiquement solennelle, veut rayer des noms de son calepin (un calepin en 1999 ?.. hum m'étonnerait qu'ils soient passés sur Facebook depuis). Mais Tue-Loup n'a pas l'air d'y arriver. Alors Tue-Loup va préférer se relâcher dans une musique très lente de façon totalement décomplexée : c'est le Khamsin. L'oxymore indique qu'on est pas à une contradiction près car, pour tourner au ralenti, avachi dans la paresse, je ne crois pas avoir encore trouvé mieux : "je préfère m'assoir.... à défaut..... d'autre chose....". C'est magnifique.

Mais l'avantage, quand on glandouille, est que l'envie de partir en vrille est alors décuplée. Blaise Pascal y voit plutôt lui un problème en plaidant que "tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre". Mais je le soupçonne d'être un poil relou comme mec. Les zikos de Tue-Loup vont quant à eux partir dans une jolie vrille en triple axel double piqué sur Ta Loche. Hmmm il y est encore question de gens cocus. Décidément, y'a l'air d'avoir anguille sous roche.

Ne nous attardons pas car s'ensuivent déjà des morceaux moins stylisés mais plus profonds. Ils associent des paroles mêlant défiance, cynisme, amertume, acidité, à la beauté poétique indéniable, avec des guitares orchestrées très habilement pour dramatiser les montées, les chutes, les pauses. S'enchainent La Mare, Santa Fé, Le Cri de la Chouette entre desquels se glissent de subtils interludes. Les pensées les plus alambiquées, les turpitudes les plus incongrues sont décortiquées et semblent consumer l'esprit indéniablement jusqu'à L'épou. Quant vient l'épou, on a atteint le fond du trip masochiste. Mais, épou ou épou... vantail ?

Avant le résigné Tous A la même enseigne, peut être le morceau le moins percutant (et qui revêt à ce titre un ironique double sens), Tue-Loup se redresse dans un ultime soupir dans Gorky comme le dernier râle d'une tentative désespérée d'adresser un message. La guitare trouve même là un compagnon dans la figure d'un violon.

De bout en bout, La Belle Inutile est sombre et, pourtant, c'est la félicité qui marque son écoute. C'est la grâce de la musique.
Kylord @ 14/02/10
 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *