Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

JUSTICE POUR TOUS !

En ce jour de fête musicale et d'inauguration de la canicule...
* Tous les articles *

Vitalic

"Salut c'est Pascal de Vitalic. J'ai la classe avec mes lune...
* Tous les gens *
  Le complot rigolo de Charlie Hebdo 1 
C'est peut être un peu tôt pour faire cette révélation, mais je ne tiens plus, il faut que je le dise, c'est trop énorme. Vous croyez que la rédaction de Charlie Hebdo a été victime d'un attentat le 7 janvier ? Détrompez-vous, c'était tout simplement une grosse blague.

Vous vous rendez compte ? L'équipe de Charlie Hebdo, en faisant une bonne farce le 7 janvier, a fait sortir dans la rue, le dimanche 11 janvier qui a suivi, près de 4 millions de français. Je ne parle même pas du bordel que tout cela a généré dans le monde entier. A cette occasion, même les Etats Unis ont découvert qu'il y avait, en France, des journalistes qui n'étaient pas conciliants. Ils ont été tout chamboulés (surtout quand on leur a dit qu'on pouvait faire des caricatures de toutes les religions sans censure, le truc de ouf).

Mais je perçois un léger scepticisme dans l'assemblée. Certains n'arriveraient pas à croire que le gigantesque bazar provoqué ces dernières semaines serait le résultat d'un gros canular. Et pourtant si. C'est tellement évident. Regardez bien.

Regardez le contexte. Charlie Hebdo allait mal. Moins de lecteurs, des problèmes financiers, Charb le rédac chef faisant le tour des investisseurs pour sauver le journal. Pas la grosse fête. Il fallait faire un gros coup pour sortir de ce marasme.

Mais on parle de Charlie Hebdo là. Ils allaient pas faire un pauvre photo montage de Julie Gayet avec François Hollande pour sauver la mise (même si ils auraient pu mettre une perruque rousse à Julie Gayet pour faire classe). Il fallait de l'inédit, tout en tachant de rester provocateur. Il fallait frapper fort avec un message puissant et surtout iconoclaste.

Le gros coup qui a été retenu, c'est d'aller chercher des islamistes bas du front. Ceux-là n'étant pas les derniers pour jouer aux cons, c'était l'occasion de créer l'événement avec ces débiles et, en même temps, de démontrer par A+B que ces zigotos sont complètement à côté de la plaque. Ils l'ont fait avec brio puisque ceux qui ont été choisis ont prouvé, sans le savoir, qu'ils étaient capables de faire de leurs soi disant ennemis des martyres.

Une fois les hurluberlus choisis, il fallait une mise en oeuvre grandiose. Et là c'est très fort.

D'abord au niveau du timing, il fallait jouer serré. Eviter de se télescoper de façon ambiguë avec une autre actualité (le ramadan par exemple), ne pas non plus faire du marketing grossier en sortant le grand jeu le lendemain du nouvel an, tel le premier pyromane venu enflammant les poubelles de son quartier. Cela dit, le début d'année, cela restait intéressant. Quelques jours après la Saint Sylvestre, lorsque les gueules de bois sont passées pour comprendre ce qui est en train de se passer.

Il fallait ensuite préparer le terrain, glisser subtilement quelques messages pour que le citoyen bienveillant mais un brin naïf soit, rétrospectivement, fort interpellé par l'ironie du destin. Honoré a glissé une allusion subtile en dessinant le terroriste du moment nous adressant ses voeux. De son côté, Charb, qui ne pouvait s’empêcher d'aller dans la provocation franche, a peut être manqué de finesse, non sans sarcasme, car le dessin qu'il a publié peu avant les attentats était une preuve un peu trop évidente du coup qui s'annonçait :



Mais n'oublions pas le cœur du sujet. Ce coup monté n'aurait pas été aussi bon s'il n'avait pas servi à illustrer toute la bêtise des islamistes radicaux. Et là, c'est grandiose. Les compères de Charlie Hebdo ont fait la totale :
  • ils ont réussi à convaincre les policiers qui les protégeaient de s'associer avec eux. Parmi eux, Ahmed Merabet, un policier de confession musulmane. Cela a permis de démontrer que les islamistes sont prêts à dézinguer n'importe qui (même s'ils tombaient sur le prophète, ils seraient pas gênés). Qu'on ne nous fasse plus croire à une pseudo guerre de religion, de civilisation ou que sais je encore.

  • ils ont réussi à convaincre des juifs à s'associer avec eux pour que l'affaire ne se cantonne pas seulement à l'assassinat de "journalistes qui l'avaient bien cherché". Le must est d'avoir prévu, dans l'attentat de l'hypermarché Casher en question, un musulman pratiquant, Lassana Bathily, pour sauver une partie des juifs qui faisaient mine d'être pris au piège. Rien que pour l'idée, ce Lassana a la méga classe. Le message est simple mais limpide : un musulman sauve les juifs, un abruti les descend. Bonus : le musulman en question n'était même pas français.

Une fois les objectifs fixés, il fallait mettre en place l'équipe. Pas trop de participants pour rester efficace, mais suffisamment pour se faire entendre. Il fallait être précautionneux dans le choix des acteurs pour épargner les entourages. Dans la mesure du possible. En priorité, ce sont les icônes du journal qui ont été choisis : Cabu, Honoré, Wolinski qui ont déjà leur plus grande oeuvre derrière eux. Plus délicat a été la sélection de Tignous, mais le gars, un tantinet chafouin, tenait vraiment à être de la partie. Bien entendu, Charb, ne pouvait pas ne pas en être. Il avait annoncé la couleur en 2012 : "Je n'ai pas peur des représailles. Je n'ai pas de gosses, pas de femme, pas de voiture, pas de crédit. ça fait sûrement un peu pompeux, mais je préfère mourir debout que vivre à genoux".



L'équipée était déjà sacrément solide mais il ne fallait pas laisser croire que l'événement ne serait qu'une histoire de cancres se faisant punir pour des dessins polissons. Il fallait lancer un cri d'alerte pour dire que le monde va mal, que le fanachisme peut s'en prendre à toutes les formes de puissance intellectuelle, artistiques ou autres. Bernard Maris, économiste de gauche (déjà tu vois le mec qui aime les challenges), s'est portée volontaire. Parité oblige, Elsa Cayat, psychanalyste, a donné le change et a par la même occasion libéré ses patients de tous leurs démons (ben après les gens ils relativisent tu vois). Pour le pied de nez, le correcteur de tout ce beau monde, Mustapha Ourrad, n'a pas voulu que ses protégés partent sans lui. Sa participation revenait à établir à nouveau qu'un arabe se faisait abattre par des islamistes. Puisqu'on vous dit que ce n'est pas une guerre de civilisation.

Mais après stop. Point trop n'en faut. L'organisation avait besoin de survivants. D'abord d'un attaché de presse. Patrick Pelloux était le complice idéal. Déjà très médiatique, un discours cohérent, la parole claire, il avait tout ce qu'il faut pour aller faire le VRP de ce qui se jouait devant nos yeux ébahis. Bien entendu, le fait qu'il soit urgentiste ajoutait à la blague.

Il fallait aussi des artistes pour continuer à œuvrer (pour ne pas planter tout le monde quand même). Le dessinateur Luz s'est porté candidat. Il en profite bien puisqu'il a fait croire qu'il a signé seul la une du Charlie Hebdo suivant le "drame" mais, bien entendu, c'était en fait le résultat des travaux de l'ensemble de la rédaction. Ce trait de génie, à la fois provocateur et œcuménique, avait été élaboré pendant des mois par la rédaction durant la fin 2014.

Enfin, les membres de l'échappée ont pris sur eux de ne pas prévenir tout le monde pour que les réactions soient honnêtes. Ils n'ont pas été déçus. Parmi ceux qui n'ont pas été prévenus du canular, Jeanette Bougrab, compagne de Charb. Le fait qu'une française d'origine arabe, certes athée, certes jolie, soit effondrée par l'assassinat d'un dessinateur qui caricature Mahomet, permet d'éviter les amalgames. Alors d'accord, c'est dure pour elle. C'est cher payé, même pour une politique coupable d'adhésion à l'UMP un soir de cuite.

La suite... hé bien vous connaissez la suite. Le plan s'est déroulé sans accroc et avec une précision d’orfèvre (Le complot juif orchestré par Nintendo et la princesse Peach parait facile à déjouer et bien peu imaginatif à côté). Rien de tout ce que vous avez pu entendre n'est du au hasard. Un antisémite décédé dans un hypermarché Casher ? des tueurs de journalistes morts dans une imprimerie ? un pigeon se soulageant sur le président de la république le jour de la marche solennelle ? Voilà de l'humour bien con dont on reconnait les auteurs. Bien joué les gars.

Cela étant, les journalistes de Charlie Hebdo ont été surpris et dépassés par leur succès. Le résultat est allé au delà toutes les espérances. Tout le monde est tombé dans le panneau et à un point sans commune mesure (BFM TV la tête la première). Il parait que les auteurs du gag n'en reviennent toujours pas.


Alors je sais, en général, c'est moins drôle quand on explique la blague. Mais là, elle a été déroulée avec une telle maestria qu'il fallait la déflorer. Il s'agissait aussi de rendre à césar ce qui appartient à césar. Avec toutes les théories du complot foireuses qu'on voit surgir (désormais on sait pourquoi il y a tous ces théories idiotes), il était temps de rétablir la vérité.

Maintenant, pour achever ce gigantesque canular, Charb, Cabu, Wolinski, Honoré... bref toute la clique ne devraient plus tarder à revenir.



Enfin normalement, ils devraient revenir.



Merde.
Kylord @ 02/02/15
 
  page web

06/02/15
Ils en mettent du temps... sûrement pour la chandeleur ?

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *