Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Lofofora - Dur comme Fer

Dur comme Fer, c'est sans aucun doute l'album le plus grave ...
* Tous les articles *

Alister

De romances nerveuses en avenirs incertains, les chansons ul...
* Tous les gens *
  Le Joueur du Grenier débarque dans ton salon 2 
... et dans ta chambre, et dans ta cuisine, et dans ta cave, et dans ton jardin... Car s'il y en a un qui est devenu sacrément prolifique ces derniers temps, c'est bien le joueur du grenier.

Un peu d'histoire d'abord. Le Joueur du grenier est à l'origine un adepte du rétro-gaming, cette discipline qui consiste à s'adonner à de vieux jeux vidéos (Usul en parle très bien). Parce que ma bonne dame, on savait y faire avant, c'est pas comme maintenant où tout est nul. La particularité du joueur du grenier est de se concentrer sur les jeux chiants, atroces, débiles, capillotractés... bref vous avez compris le truc (en fait ma bonne dame, on savait pas forcément mieux y faire avant). Telle cette communauté du cinéma qui voue un culte aux plus grands nanars du 7ème art (je ne suis plus le même homme depuis que j'ai vu Vivre pour survivre), le joueur du grenier rend hommage aux plus mauvais jeux de la terre. L’intérêt de l'oeuvre du JdG n'est cependant pas tant dans les jeux en question que dans la mise en scène des vidéos produites. Le jeu vidéo devient littéralement un personnage à part entière avec le déroulement d'une intrigue délirante qui débouche souvent sur une chute absurde. Il arrive régulièrement que la cartouche ou le CD du jeu prenne vie et illustre le duel qui se joue entre le JdG et l'objet du délire vidéoludique.

Est-ce la seule qualité de la réalisation qui explique le succès que connaissent les vidéos du joueur du grenier ? Sans doute pas. Il y a forcément d'autres raisons. Le joueur du grenier a aussi une chemise hawaïenne jaune surréaliste. Mais si on pousse l'analyse un peu plus loin, on remarque surtout qu'il s'appuie sur des ressorts très français et néanmoins très efficaces : l'énervement et le sarcasme érigés en règles de vie (ressorts usés jusqu'à la corde dans la série Kaamelott). Comme dans Kaamelott où les répliques du roi Arthur ont fait école et sont détournés à l'envie, l'agacement du joueur du grenier qui perd patience est devenu un gimmick qui fait mouche chez nous autres français qui aimons bien râler (allez, avouez).

Le Joueur du Grenier (Frédéric Molas pour les gens de la vraie vie) a ainsi accumulé les vues et est devenu un youtuber bankable. Il a alors rejoint la vague des youtubers à succès ; ce qui peut prêter à confusion car le JdG n'a pas tout à fait à voir avec la plupart d'entre eux (par exemple Squeezie qui va tous nous enterrer avec le pullulement incontrôlé de ses vidéos hystériques).

Si on parle du JdG aujourd'hui, c'est aussi parce qu'il s'est passé récemment une petite révolution dans son monde jusque là très calibré. Depuis quelques mois, il a en effet ouvert une nouvelle chaine, le Bazar du Grenier, qui ouvre le champ à tous un tas de nouvelles expérimentations audiovisuelles. Le joueur du grenier était certes déjà sorti des sentiers battus mais il était resté attaché à la démarche initiale de son personnage qui pratique le masochisme à outrance (comme dans la très bonne vidéo sur les tortues ninjas). Désormais, les barrières sont définitivement rompues.


Après des années de frénésie sur les jeux console et en particulier les jeux de plateforme, le JdG s'attaque largement au monde du PC et fait parti de ces rares joueurs qui ont évolué vers l'ordinateur malgré des antécédents importants sur les Playstation et autres Super Nes. Il y a de quoi s'étonner car le fan de consoles reste généralement bloqué sur ses habitudes à l'inverse du joueur PC qui, tel un fan de littérature classique s'égarant malencontreusement sur une émission de télé-réalité, ose parfois s'aventurer sur une console (oui c'est du troll purement gratuit). Ce phénomène extraordinaire nous a ainsi permis de voir le joueur du grenier illustrer avec brio des grands jeux de l'histoire PC tel Command & Conquer ou Theme Hospital (oui bon Teletubbies et Barbie Detective aussi, le JdG reste un masochiste notoire). On le voit aussi nous conter une partie de Spore où il résume à merveille en quelque mot l'objectif fondamental de l'existence sur terre : tuer.

Encore plus surprenant pour un joueur console à la base, il nous raconte une partie de Civilization 5 (pas le meilleur de la série, Civ 4 restera surement la référence, je vous en avais parlé). Si l'idée de départ est plutôt sympa, en particulier le détournement de l'excellente émission du Dessous des Cartes sur Arte, on regrettera pour le coup que le JdG n'ait pas eu recours à la qualité d'écriture et de mise en scène qu'on lui connait habituellement. Le générique du Dessous des Cartes n'a même pas été détourné puisque c'est l'original qui est utilisé. Mais le JdG ne nous a pas pris en traître sur ce coup là car le contrat de départ est clair : ses tentatives de nouvelles vidéos aux styles multiples n'auront pas nécessairement autant de moyens que les vidéos historiques sur les jeux idiots et sadiques. Néanmoins, on ne peut qu'être un peu déçus par certaines publications qui ne consistent qu'à diffuser des parties commentées sans construction ni montage. En d'autres termes : des Let's Play. Certes, les let's play de Bayonetta permettent d'apprécier l'héroine sous toutes les coutures. Mais cette vile pratique reste peu passionnante, même si le JdG ou en l'occurrence son comparse (Sébastien Rassiat) restent à l'écoute fort sympathiques.

Les nouvelles expérimentations du JdG ont donné lieu à un pari qui est lui bien plus audacieux et susceptible d'intérêt : Aventures, un jeu de rôle papier organisé online. Structuré comme une série télé avec des saisons et épisodes, Aventures mets en scène 4 joueurs (dont le JdG) qui vivent des périples animés par un maître du jeu au savoir faire incontestable, MahyarS, un nouveau streamer à présent complètement grisé par le succès. Pour comprendre le principe du jeu de rôle papier, rien de tel que la vidéo introductive du JdG et les 1ers épisodes de la série. Cette mise en lumière de ce loisir qui fait la part belle à l'imagination de chacun est rafraîchissante en ces temps troublés.

Le JdG a cependant les pieds sur terre et a rebondi très vite sur le succès de cette nouvelle série Aventures en lançant des sessions live qui ont désormais lieu régulièrement. Comme à la TV, ce principe du direct live a ses avantages (la spontanéité) et ses inconvénients (les temps morts). L’intelligence marketing du JdG ne s'arrête pas là car il a récemment annoncé une nouvelle saison de jeu de rôle papier qui ne se déroulera plus dans l'univers héroic fantasy mais dans l'univers Star Wars. Prévu pour début 2016 tel un écho opportun à l'actualité cinématographique du moment. Dans le même temps, le JdG a aussi sorti une nouvelle vidéo sous cocaine sur les jeux Star Wars. Heureux concours de circonstance... je n'irais pas jusqu'à évoquer des liens entre Disney et le JdG pour remettre en cause son intégrité. Cet individu a tout de même affirmé avoir voté pour Nicolas Dupont-Aignant. Un aveu si compromettant prouve qu'il est d'une sincérité incontestable et, s'il parle de l'univers Stars Wars au moment de la sortie du film, hé bien, c'est peut être qu'il en a tout simplement envie.

Si vous ne connaissiez pas encore le Joueur du Grenier, peut être aurez vous envie d'y jeter un oeil et pourquoi pas d'aller jusqu'à tester ce qu'il pratique dans ses vidéos (mais peut-être pas le jeu de la vie). Si je ne vous ai pas convaincu, j'ai quelque ragot pour interpeller votre curiosité. Le JdG a été en effet tellement productif ces derniers temps qu'il en a perdu du poids de façon drastique et tout à fait impressionnante. Mais l'explication de ce régime n'est peut être pas le travail... ce pourrait être une fille. En tout cas, quand je le vois opérer sur Emily is away, ça ne fait plus aucun doute.
Kylord @ 29/12/15
 
 
Loïc charbonneau
page web

30/04/16
j'adorre tes video mes g j'amais eu la chance de jouer a un jeu platforme


 
We are a gaggle of volunteers and opening a brand new scheme in our community.
page web

16/11/17
We are a gaggle of volunteers and opening a brand new scheme in our community.
Your web site offered us with helpful information to work on. You have performed an impressive
activity and our entire community shall be grateful
to you.

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *