Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Lofofora - Peuh !

Peuh!, comme son nom l'indique si bien, c'est une claque. Un...
* Tous les articles *

Dolly

Rien à voir avec la chèvre, Dolly c'est un groupe de wok & w...
* Tous les gens *
  Suck My K. Dick 2 
Deux récentes lectures qui ont le mérite d'être à la fois relativement courtes et bougrement intéressantes, voilà le topo. Donc mesdames messieurs, vous qui êtes opressés par la notion du temps qui passe, les deux bouquins que je vais vous présenter seront parfaits entre deux correspondances de métro. Comme le précise si finement le titre de la news, il s'agit de deux oeuvres de monsieur Philippe K. Dick, un déconneur qui, loin de notre rationnalité exigue, n'était pas le dernier pour imaginer des mondes de merde mais surtout des mondes de merde dans le futur.

Alors dans ma main gauche, voici L'oeil dans le ciel : alors en fait, l'entrée en matière ne se fait pas dans un monde de merde du futur comme je viens de le dire (admirez la cohérence du propos), mais dans le monde particulièrement merdique de la guerre froide. Ah ça, amateurs de monde de merde que nous sommes, la guerre froide a de quoi nous apporter moults satisfactions.
Le héros c'est un ingé en électronique, bien bosseur comme tout ingé qui se respecte. Hamilton, c'est donc son nom (non rien à voir avec le coureur de cyclimse), va accumuler les merdes et ce malgré son côté mec bien sous tout rapport. Notamment un accident qui va lui péter les dents mais surtout qui va l'envoyer dans des dimensions parallèles assez délires. Alors là vous vous dites "olala le vieux trip sf de merde, le coup des dimensions parallèles". Mais alors là je vous dis, nan carrément pas, sous cette idée se cache un concept terrible, qui donne une dimension psychologique au bouquin particulièrement trippante. Mais je ne révelerais rien sous peine de vous gacher tout le plaisir.

Dans ma main droite (vous vous demandez comment je tape avec les deux mains prises ? que voulez-vous c'est mon coté surpuissant), voilà Loterie solaire : ce qui est intéressant dans ce bouquin, c'est qu'il n'y pas spécialement un personnage principal évident, qu'il y a une multitude de personnages importants (même si bon, allez, y'en a un qui prédomine). Cela n'empêche pas de ressentir toute l'humanité de chacun des personnages. N'oubliez pas que le bouquin est court, quel homme ce k. dick. Ici, on est bien dans un monde du futur. Et comme le rappelle judicieusement le titre, un monde où le pouvoir suprême est distribué de façon aléatoire selon un jeu appelé le jeu de la bouteille. N'en tirons là aucune conclusion sur d'éventelles relations obscures entre Monsieur Dick et l'alcool, mais on devine aisément cependant qu'un tel concept fait régner une belle merde dans ce monde du futur. Et ça n'est pas tout, car dans cette société futuriste, il y a aussi un système de classification des gens qui n'est pas triste. Je vous en ai déjà beaucoup dit alors je m'arrêterais là mais sachez que k.dick a su très bien mettre en scène et articuler le parcours des différents persos autour de ce concept de jeu.
Kylord @ 23/12/04
 
 
I_am_I

23/12/04
Monsieur K. dick c'est mon ami


 
Kylord

23/12/04
MOI AUSSI MOI AUSSI

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :


Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *