Connexion [s'inscrire]
User :
Pass :
Mot de passe égaré ?

Non mais je rêve ou quoi ?

* Attention Attention, les lignes qui vont suivre ont été ex...
* Tous les articles *

Vitalic

"Salut c'est Pascal de Vitalic. J'ai la classe avec mes lune...
* Tous les gens *
  L'instant pouf : séance de rattrapage 10 
L’instant pouf est déjà de retour. Hé oui, l’actualité nous presse. Alors que nous arrivions au terme du bilan de la pouffiasserie de cet été, les relents poufs ne s’en arrêtaient pas moins. Une pointure de gros calibre préparait dans l’ombre (euh... sous les projecteurs plutôt) une franche attaque pouf sur l’ensemble du dispositif médiatique mondial. En pouffiasserie non plus, les opérations n’ont rien de chirurgicales.

Beyonce n’est en effet pas américaine pour rien. La revoilà donc en compagnie de son cher et tendre Jay-Z pour nous refaire un tube à la Crazy In Love. « Nous sommes tellement magnifiques, notre amour est si beau, je m’aime tellement à aimer si bien cet autre qui m’aime tant… et puis ça nous fait tellement de tunes à nous deux». Déjà vu, donc. « Déjà vu », c’est le titre du morceau. Parce que Déjà Vu, c’est pas si déjà vu que ça. Vu ? Oui, bon, c’est du déjà vu comme humour.

« Déjà Vu » n’est en effet pas si ordinaire que ça en comparaison de la production globale de R&B. On notera l’utilisation d’un sample qui ne rentre pas tant que ça dans les classiques du genre mais surtout l’utilisation de deux mots issus d’une langue étrangère, les fameux « Déjà » et « Vu ». Malgré la difficulté d’employer ces deux termes correctement (on dit « u » comme « turlututu » et pas « tourloutoutou », merci de rectifier), ce phénomène multiplie les associations possibles avec les mots « Baby » et « Love » ; ce qui nous laisse pantois devant le nombre de combinaisons désormais possibles. Bien sûr, quelques écoutes malencontreusement successives de ce « Déjà Vu » ne manqueront pas de faire germer en nous des visions de mort inqualifiables. Pourquoi tant de haine, je vous le demande.

Car il est temps de réhabiliter Beyonce. Elle n’a pas fait partie de notre première grande sélection et c’est assurément un acte manqué. Certes, nous l’avions mentionné, il était très difficile de passer à côté. Mais il convient ici d’évoquer plus en avant sa dimension pouf. Elle le vaut bien.

Oui, Christina est la pouf ultime. Mais Beyonce n’a rien à lui envier. Plutôt que de choisir l’occupation de terrain un peu anarchique de Christina, Beyonce privilégie la pénétration totale de marché. Elle se caractérise par une capacité de perforation extraordinaire sur la cible R&B. Elle phagocyte le marché (je commence à me foutre les jetons moi même là). Pourquoi Rihanna nous semblait sans avenir poufement parlant ? Tout simplement parce que Beyonce ne laisse aucune place. Sa glorification d’égo, le quasi culte de la personnalité qu’elle cherche à atteindre, arrive à de telles proportions que Shakira passerait pour une fille discrète. Dans Déjà Vu, chacun de ses mouvements est une révérence à elle même. Ils s’accompagnent invariablement par un regard lourd de sens : « Oh mon dieu, je me trouve tellement coooooool ».

La chorégraphie, parlons-en. Il paraît qu’elle aurait déçu ses fans. Ben mince. Allez, nous voyons bien là une tactique bien connue de la stratégie pouf depuis l’avènement de Madonna : créer du buzz sur des détails idiots, en l’occurrence ici sur du piétinement frénétique de sable qui n’en demandait pas tant. Le tragique du buzz, c’est qu’on y contribue en en parlant. Damned. Mais rassurons-nous, les repères ne sont pas chamboulés. Comme dans tous ses clips, Beyonce a ainsi toujours cette bizarre habitude de chercher des choses par terre ; ce qui me semble pourtant pas être le moment le plus opportun pour chercher des trucs.

Mais au delà de tout ça, l’atout pouf de Beyonce, c’est son boy Jay-Z. Yeah. Pour voir à qui on a affaire, rien de tel que la pub HP qui en dit long. « J'ai vraiment un très très gros pé... », voilà en gros le topo (pas de lien ici, non parce que quand même hein). Beyonce trouve donc là une ressource inespérée dans sa stratégie : un type autant obsédé par le fait de montrer de la puissance le fera tout autant dans son sens. Twingo !

Bien sûr, de nombreuses questions nous agitent encore. Est il humainement possible pour Beyonce d’aller plus loin dans le culte de la personnalité sans pour autant porter une moustache et un képi du parti communiste ? Y’aura t il un rapport Kroutchev à la chute de Beyonce ? Mais surtout, les anciennes Destiny’s Child se reformeront elles un jour pour créer le plus grand collectif pouf jamais créé dans l’histoire ?

Toutes les réponses à ces questions, vous les aurez en suivant le prochain épisode deeee... l’instant pouuuuuuuuuuuuf.
Kylord @ 22/09/06
 
 
funky banana

22/09/06
Mais Beyonce chante très bien en francais : http://www.magus.be/beyonce/
voi cééé ton chemaaaaaaa


 
Dunn

23/09/06
Je me demande si elle comprend ce qu'elle dit.


 
kylord

24/09/06
ça serait donner beaucoup de crédit à une pouf que d'imaginer qu'elle puisse comprendre quoi que ce soit à quoi que ce soit, mais il y a quelque chose dans cette interprétation qui je trouve réconcilie avec les choristes


 
Funky banana

27/09/06
Je ne sais pas ou le mettre alors je le met là : un charmant petit lien qu'est le rap de la campagne à Marly Gomont
http://nicolas.blog.20minutes.fr/archive/2006/09/18/le-rap-de-la-campagne-a-marly-gomont.html
vala vala ^^


 
kylord

28/09/06
pourtant funky banana, vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a un gigantesque commenthon propice à l'exposition des jeunes talents. Ca aurait été un placement de choix. Mais vous avez raison, il faut savoir parfois mettre des choses n'importe où, comme ça, juste pour faire chier. Pour ça, je vous dis bravo.
Et puis maintenant, on connait le rap made in marly gomont. Je crois qu'on peut même dire qu'il est désormais très connu alors qu'avant c'était un parfait inconnu. O Beyonce, vous tremblez et sentez votre chute proche.


 
funky banana

28/09/06
Je suis d'accord avec vous mon cher Kylord, j'aurais peut être dû poster ce lien dans le commenthon, j'y ai moi même pensé en lisant le commentaire de notre cher mike sur le rap de David Hasselhof, mais il était trop tard, le mal été fait...


 
Mike
page web

29/09/06
Pas trop les boules ?


 
Mike
page web

29/09/06
Putain c'est génial... vos commentaires acceptes les balises HTML... test Et même celle qui n'existe pas... c'est surpuissant!


 
kylord

30/09/06
Uniquement pour vous, mdm offre une autre vision du commentaire. Dans un souci permanent de proposer un service de qualité, toutes les libertés htmlesques sont permises, y compris celle de foutre en l'air le site. Exception : les liens urls ne sont pas acceptés, petite attention à nos amis les spammeurs qui ont déjà un espace dédié alors faut pas pousser mémé dans les orties quoi (mais un vaste projet de contre-spammage qui devrait remettre en question tout ça est en chantier... mais chut faut pas le dire).


 
kylord

06/11/06
dis donc je sais pas vous, mais moi j'ai l'impression que depuis funky banana a révélé le rappeur de marly gomont sur mdm, on le voit partout. Funky banana, vous etes un faiseur de buzz.

Et puis il y a aussi ce mozinor qui squatte les ondes avec des détournements comme celui du social supa crew... Etrange...

 
Nom
Email
Homepage
Commentaire
Recopier les chiffres pour valider :  

Etre alerté par mail en cas de nouveau commentaire :

Flux RSS
Des gens connus

Celle qui joue du violon

(sisi on le voit à un moment)

0

Une fois encore j'arrive après la bataille avec une belle découverte : Lindsey Stirling. Cette violoniste surdouée a repris des musiques de jeu vidéo et autres icônes de la culture geek (Star Wars, Lotr...), avec parfois un type qui fait des beuleubeuleu avec la bouche. Mais c'est surtout avec ses 2 albums qu'elle a cristallisé un art du violon qui transcende le moindre beat idiot de dubstep et permet au passage d’assommer moults zombies et autres cowboys. Sa maîtrise est parfaite, sans ombrage. Elle domine les éléments. Mais j'ai peur qu'elle se brise. Hors Shatter Me avec l'énervée Lizzy Hale, les collaborations sont souvent foireuses et pourtant de plus en plus fréquentes. Une telle virtuosité au service d'une production massive de soupe musicale est totalement angoissante. Normal que Lindsey en vienne à se poser des questions métaphysiques, mais quelle tristesse de la voir jouer un morceau 1000 fois entendus dans le métro et s'en remettre alors à Jésus parce qu’on l’écoute pas (alors qu'il suffisait de jouer autre chose et laisser ce Jésus là où il est)


Celui qui aime bien la pipe

Usul parle à ses chers contemporains

0

Usul est devenu mon mentor. Il a d'abord modestement élaboré des chroniques sur le jeu vidéo, avec une distance qui le distingue de la presse spécialisée partisane et une acuité qui le sépare du "journalisme" généraliste (qui massacre le jeu vidéo habituellement, à l'exception d'arrêt sur images). Il nous a remémoré de grands moments télévisuels (El Didou, Anne-Lise, spéciale dédicace). Il a introduit cette juste dose de réflexion philosophique dans les débats, en évoquant des thèmes aussi variés que la violence, l'humour ou le rêve. Il s'est moqué allégrement de la gente féminine et, là où c'est fort, avec sa contribution. Il a même charmé le sexe opposé sans vergogne. Désormais, il développe des analyses politiques à travers de savantes vidéos (tu ne t'intéresses pas à la politique ? tu devrais). Je n'ai jamais fait de commentaire de people aussi long. Usul je t'aime. Et puis je suis sûr que Drolyk s'entendrait bien avec Unul.


Celui qui va vous révéler un secret gratuitement car l'industrie du tabac le déteste

Alby's Hobbies

0

Alby a eu un parcours difficile. Se perdant d'abord dans des créations hasardeuses mettant en scène des licornes (ça n'a jamais rien donné de bon, enfin il me semble), il a fini par se trouver en réalisant de vrais chefs d'oeuvres tel son hommage au bilboquet (quelqu'un a le tel number de la brune de la vidéo?). Les plus grands talk show font désormais la promo de son film de ninjas (oui c'est l'émission d'une patate qui parle) et il réalise des montages bistrip avec les plus grandes célébrités. Forcément à ce stade, il ne lui restait plus qu'à produire une sex tape. Trop cool.


Celle qui rêvait d'un autre monde

0

Sponsor malgré elle de Monde de Merde™, Jennifer Ayache retrouve Superbus pour chanter un autre monde de Téléphone, hommage à peine dissimulé au susdit Monde de Merde™. Mais ça ne reste que du rock quoi. La reprise de Nirvana avec des paillettes était plus audacieuse.


Ceux qui faisaient du tourisme en Grèce

(et prédisaient les dégats de l'austérité avant l'heure)

0

Cette série abrégée des Chevaliers du Zodiaque est datée mais un tel cas d'école de détournement sous cocaine ne peut rester sous silence. Les mangas me sortent souvent par les yeux (qu'ils ont énormes) et l'astrologie me fait une sorte de fussoir mais ce dessin animé à l'imagerie ambiguë a carrément de la gueule vu sous cet angle. Moins frime que le remake d'Orelsan.


* tous les people *